Les gardiens de la galaxie se rapprochent de la Terre !

Attention, cet article vous propose deux scoops ! Pardon, la planète entière est déjà au courant ? Non je suis certain que d’autres comme moi étaient cloués au lit avec une bonne grippe en guise de compagnie. Voici donc la première affiche des Gardiens de la galaxie, et la première bande annonce ! On retrouve cette autodérision rafraichissante qui a fait le succès de la série sous la plume du duo Abnett / Lanning, et un Rocket Racoon qui a l’air … terrible ;) Autre surprise, on découvre des membres du Nova Corps.

Guardians of the galaxy est réalisé par James Gunn, avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Bradley Cooper (Rocket Racoon), Vin Diesel (Groot), Benicio Del Toro, Glenn Close, John C. Reilly. Sa sortie est prévue pour le 14 Août 2014 !

Vampirella T.2

VAMP2Vampirella s’acharne à défendre un monde chaque jour un peu plus menacé par les forces du mal. Cette fois, elle est confrontée à trois assassins démoniaques et sexy, bien décidées à faire de notre monde un temple consacré au péché et au carnage. Après cette rencontre tumultueuse, Vampirella et Sofia Murray, sa partenaire, partent en Allemagne pour un exorcisme surprenant et mouvementé …

Vampirella : Une volée de corbeaux contient les épisodes de la série U.S Vampirella #7-11 scénarisés par Eric Trautmann et dessinés par Fabiano Neves, Hubert Khan Michael et Johnny Desjardins.

Le constat établi à la lecture du premier tome s’avère ici sans appel. Cette nouvelle version de Vampirella pâtit d’un désintérêt scénaristique difficile à surmonter, même pour la plastique légendaire de son héroïne. Vampirella et sa partenaire affrontent trois entités échappées des enfers. L’histoire se perd au croisement des genres, entre comics et mangas. L’intrigue est très courte et n’occupe (heureusement) que trois épisodes sur quatre d’un sommaire aminci. L’histoire caricature son image de femme forte, et traite la relation qu’elle entretient avec sa partenaire assez maladroitement. les clichés sont lourds, et parasitent un récit déjà plombé. Si la faiblesse du scénario était à craindre, elle devient, au fil des planches, à redouter dans la mesure où l’aspect artistique des épisodes ne parvient pas à compenser. Vampirella n’y a rien de sexy, et ses adversaires ressembleraient presque à une reprise de V par un enfant de huit ans. Finalement, la bonne idée vient des couvertures signées Paul Renaud, chez qui Vampirella retrouve son charisme et charme vénéneux.

Un second tome qui risque fort de sonner le glas de la série en France, dont on n’a toujours pas vu arriver la suite … (cet album est paru en Janvier 2013). Faut-il y voir un mauvais signe ? Avec cet album, je perds sévère, mais l’héroïne mérite que j’y crois. Jusqu’à quand ?

Vampirella T.1

VAMPIRELLA 1

Vampirella est de retour et elle représente le dernier rempart qui nous protège des vampires. Dans un tourbillon d’intrigues et de violence, elle explore des horizons inconnus à la poursuite de son ennemi, Vlad Dracula. Mais une menace plus terrible que les créatures de la nuit guette … et même Dracula a des raisons de la redouter !

Vampirella : Couronne de vers contient les épisodes U.S de la série Vampirella #1-7 scénarisés par Eric Trautmann et dessinés par Wagner Reis et Fabiano Neves.

Autant que ce soit écrit d’emblée. Si quelqu’un se décide à lire Vampirella, ce n’est pas pour la qualité époustouflante du scénario, mais plutôt pour celle de la plastique de l’héroïne. Je n’ai jamais eu l’occasion de plonger dans les aventures de la survivante de Drakulon, si ce n’est en parcourant quelques planches extraites de la période apparemment bénie des dieux pendant laquelle José Gonzalez oeuvrait. Bref, pour étoffer mon cycle consacré aux horror comics, je me suis procuré les deux tomes de la dernière série régulière consacrée à Vampirella, publiés tous deux chez Panini.

Vampirella est un personnage méconnu chez nous, la faute a une parution irrégulière quant elle n’est carrément pas inexistante. Pour autant, tout amateur de beauté quel qu’il soit connaît l’héroïne, dont le physique ne laisse pas de marbre, magnifié par des peintures de Frank Frazetta, José Gonzalez ou Alex Ross. Créée à la grande époque chez Warren Publishing, elle a malgré tout franchit les décennies (un minimum pour une vampire) en passant par Harris Publications puis par Dynamite Entertainment. C’est ce dernier éditeur qui est en charge de la nouvelle série publiée depuis 2010 (2012 chez nous).

Bon, et bien c’est bien joli tout çà, mais l’album vaut quoi ? Et bien si j’ai tant traîné sur la présentation de ce tome, c’est qu’il y  presque autant de chose à dire sur lui qu’il y a de tissu sur le corps de Vampirella. Le scénario n’est évidemment pas l’atout majeur de la série. Il demeure surprenant en transformant Vampirella en une sorte de Buffy tueuse de vampires, le pire étant que seule la peau du visage est désormais admirée … Bon, on retrouve avec grand plaisir l’ancien costume (le seul, le vrai, l’unique !) au détour de quelques planches et des couvertures bonus (superbes). L’intrigue démarre lentement et se révèle sans surprise. Pas de quoi se relever la nuit donc, même s’il n’y a pas lieu de crier au scandale. Je m’y attendais. Au niveau artistique, el travail est inégal. Si certaines planches sont très réussies, l’impression générale est gâchée par un découpage non maitrisé, voire fouillis, rendant la lecture de certains passages confuse.

Vampirella : Couronne de vers ne rentrera pas dans la légende des comics, loin de là, mais procure l’occasion de redécouvrir une héroïne qui aura nourri les fantasmes de générations de lecteurs. Voici la principale raison qui justifie cet achat. Non, je n’ai pas honte ! ;)

Creepy T.2

Creepy 2

Un cow boy assassin jugé par ses victimes, un bâteau fantôme dirigé par un vampire, un mari obnubilé par un livre occulte, deux jumeaux partageant le même cerveau … autant de récits sombres et terrifiants que l’oncle Creepy se fera un plaisir de vous conter, assis bien au froid dans son caveau humide …

@loran.cbs

Le cycle consacré aux comics de l’horreur se poursuit. On continue avec ce deuxième album édité par Délirium, second opus de l’anthologie Creepy. On prend presque les mêmes et on recommence, tout aussi bien. Au niveau artistique, si Alex Toth et Angelo Torres sont toujours là, Frank Frazetta a disparu des planches. Mais on y découvre des histoires dessinées par Steve Ditko, Gene Colan, et même Neal Adams et Gil Kane ! Autant de noms qui feront les beaux jours du genre superhéroïque. Si la liberté avec laquelle les artistes ont pu travailler sur ces histoires frappait à la lecture du premier album, le constat est encore plus flagrant ici. De la composition des planches aux techniques employées, les dessinateurs ont laissé libre cours à leur inventivité. Les histoires mises en images par Steve Ditko en sont le parfait exemple.

@loran.cbs

En terme de récits, on reste ici dans la droite lignée de ce qui était proposé dans le premier tome. L’oncle Creepy exhibe son hideux faciès et son rictus cruel en introduction de chaque histoire, pour les conclure avec un humour et une cruauté bien sentis. Les personnages sont malmenés au gré des supplices et autres malédictions issues pour la plupart de l’esprit d’Archie Goodwin. Les histoires courtes et diablement efficaces s’enchaînent pour le plus grand plaisir du lecteur. Goules, vampires, loups garou, momies ou morts vivants punissent les infortunés antipathiques. Si la préface est ici l’oeuvre de l’inévitable Jean-Pierre Dionnet, on retrouve le journaliste Bernard Joubert qui revient ici sur les les premiers pas de Creepy en France, entre censure et plagiats. On termine en beauté avec les couvertures de Frank Frazetta, Gray Morrow et Dan Adkins.

@loran.cbs

En quelques albums de qualité, l’éditeur Délirium s’impose comme une référence au travers d’un catalogue dont la qualité prime sur la quantité. Les anthologies consacrées aux publications Creepy et Eerie (à venir sur C.B.S) sont accompagnées d’autres volumes du même genre dédiés cette fois à Richard Corben et, accroches toi à ta chaise, une à venir en fin d’année consacré à … Bernie Wrightson ! Comme c’est en Novembre, et que c’est en hiver que je souffle mes printemps, je sais déjà quoi me faire offrir (elle est pas belle la vie ?)

@loran.cbs

Man of Steel 2 : le casting s’étoffe

A l’instar de la musculature d’Henry Cavill, le casting du prochain opus cinématograhique dédié à Superman s’épaissit. Warner Bros annonce du lourd, avec Ben Affleck en Batman et Gal Gadot (The Alphas, Fast & Furious n°52965958) en Wonder Woman, mais les dernières annonces ont également attiré l’attention. L’acteur Jesse Eisenberg (Insaisissables, Social Network) interprétera Lex Luthor ! Les producteurs envisagent donc de faire des deux hommes des amis ennemis d’enfance, les deux acteurs (Cavill et Eisenberg donc) ayant le même nombre de Printemps au compteur. Une vision de Luthor apparemment plus proche de ce qui a été proposé dans la série Smallville. Je suis très curieux de voir si un film va enfin réussir à opposer à Superman un vrai Lex Luthor, et nous faire oublier les versions bouffonnes des films précédents (au demeurant interprétés par les immenses Gene Hackman et Kevin Spacey).L’autre information concerne le rôle d’Alfred Pennyworth, qui ne sera plus interprété par Michael Caine. On reste toujours dans la classe britannique puisque c’est Jeremy irons (Die Hard 3, Mission) qui reprend le flambeau.

D’un point de vue personnel, ces deux annonces sont rassurantes, ce qui de toute façon ne change rien au fait que le prochain Man of Steel fait partie de mes priorités cinématographiques de ces cinq prochaines années. L’ampleur que prend petit à petit le casting et les rumeurs qui courent ( Dwayne The Rock Johnson en Green Lantern John Stewart ?) me font penser à celui que Marvel a mis en place pour aboutir sur Avengers … Voyez où je veux en venir ? Justice League ? Au fait, la sortie de Man of Steel 2 a été repoussée à 2016, le 27 Avril chez nous, pour être précis ;)