Les superhéros : mais qui sont-ils ? (Suite et fin)

Leurs particularités ne sont parfois pas toutes présentes chez tous les personnages de super-héros. Batman, par exemple, n’a pas de super-pouvoirs mais un arsenal de gadgets, dont les noms sont affublés du préfixe bat (chauve-souris en anglais) : Batplane, Batmobile, batarang, etc… Les Quatre Fantastiques n’ont pas d’identité secrète, leurs vrais noms étant connus du grand public, mais ils ont des costumes et des super-pouvoirs. Bruce Banner devient Hulk, une sorte de monstre vert aux traits d’homme, quand il se laisse emporter par sa colère. Il ne porte pas de costume. C’est aussi un anti-héros en ce sens qu’il est une menace poursuivie par les autorités.
Mais les univers imaginaires dans lesquels ils évoluent étant peuplés d’authentiques super-héros et/ou super-vilains, le fait qu’ils en soient aussi est accepté.
Un super-héros porte presque toujours un costume spécial pour le distinguer des autres, pour l’aider à mieux combattre et pour dissimuler son identité. Leur costume est souvent très moulant, montrant les détails des muscles du corps plus qu’il ne le pourrait dans la réalité, et est ainsi appelé collants, un détail qui est parfois sujet de moqueries.


Au départ, le super-héros est exceptionnel mais alors que les éditeurs commencent à faire se côtoyer les personnages de leur écurie, c’est tout un univers fantastique qui est créé. D’abord DC Comics crée la Justice Society of America, première équipe de super-héros. Superman et Batman partagent de nombreuses aventures. DC Comics crée la Justice League of America qui réunit la nouvelle génération de héros mais en dehors de ce titre chaque héros évolue dans sa propre ville imaginaire. Mais c’est surtout dans les Marvel Comics que le concept d’univers prend forme. Tous les héros vivent à New York et peuvent se croiser à n’importe quel moment. Le héros devient moins exceptionnel dans son monde. On constate un phénomène similaire dans la Légion des Super-Héros, l’équipe comprend des dizaines de personnages et est constitué en grande partie d’extra-terrestres dont les super-pouvoirs sont innés et non acquis. L’équipe agit comme une force de sécurité officielle mais il s’agit d’une série futuriste qui a lieu au trentième siècle. Dans Savage Dragon, Erik Larsen fait de son personnage un policier et le place dans un monde où les super-êtres foisonnent. Astro City est également un lieu où le surhomme est banalisé.


Cherchant à plaire au goût du lectorat américain actuel, Alan Moore a créé des séries qui ne relèvent parfois que marginalement du genre. Il remonte aux sources du genre avec d’une part La Ligue Des Gentlemen Extraordinaires, qui met en scène des personnages tirés de romans fantastiques célèbres comme Mr Hyde et L’homme invisible, et d’autre part Tom Strong, un personnage dans la tradition des pulps et du Fantôme de la jungle. Promethea sert surtout à parler de magie et revêt presque un aspect didactique. Top Ten est indéniablement une série de super-héros mais les conventions sont bousculées puisque tous les habitants ont des super-pouvoirs ou des doubles identités, les justiciers sont interdits et l’ordre est assuré par la police (constituée comme le reste de super-héros). Cette série est la culmination de la banalisation du super-héros. Cette tendance est à rapprocher du Magic Realism, mouvement littéraire qui fait côtoyer des éléments mondains et fantastiques comme s’ils étaient tout aussi banals.


Umberto Eco fait remarquer dans son recueil De Superman au surhomme que la plupart des histoires de super-héros évoluent hors du temps, puisqu’ils ne vieillissent pas et ont une vie toujours identique. Elles se situent également hors du monde car malgré des super-pouvoirs parfois considérables, ils ne modifient pas l’équilibre du monde qui les héberge. Les super-héros sont des personnages symboliques à la limite de la caricature généralement impliqués dans des histoires manichéennes.
À partir des années 1980 les choses ont changé, notamment avec une reprise de Batman par le scénariste Frank Miller, sous un angle nettement plus sombre, ou encore avec les œuvres d’artistes comme Dave Gibbons et Alan Moore dans The Watchmen. Le thème du super-héros est régulièrement sorti de son cadre de récit populaire pour aborder des sujets différents et un peu plus subtils. Au cinéma, le héros du film Incassable (2000) réalisé par M. Night Shyamalan (et interprété par Bruce Willis) est un super-héros qui s’ignore, qu’un fait-divers tragique et un collectionneur acharné vont progressivement révéler à lui-même. En 2004, le dessin animé de Pixar Les Indestructibles présente des super-héros à la retraite forcée, menant une existence d’Américains moyens avant de reprendre du service.


A l’origine, en sus d’une volonté affichée de distraire via un nouveau média assez manichéen, les éditeurs créèrent certains super héros dans un but moins ludique, comme ce fut le cas avec Captain América, visant à rassurer le pays et galvaniser les troupes combattant lors de la seconde guerre mondiale. La propagande nationaliste s’insinuait parfois dangereusement dans les intrigues, y compris lors de la guerre froide, période au cours de laquelle l’ennemi russe représentait le Mal. Avec l’arrivée d’auteurs tels que Chris Claremont, Frank Miller ou Todd Mc Farlane, les superhéros s’étoffèrent et prirent une direction plus adulte. Les héros révélèrent alors leur part d’ombre (Batman est clairement un sociopathe et Superman un inadapté) et leurs adversaires furent dotés d’un passé ou de motivations justifiant leurs actes (Magnéto a connu l’holocauste) alors que d’autres s’ancrèrent pleinement dans la réalité (Spiderman se bat avec les difficultés du quotidien). Ce parti-pris permit la pleine exploitation du potentiel scénaristique des comics à travers des grands thèmes (racisme, pouvoir politique et influence des médias). Parmi les épisodes emblématiques, on peut citer Dieu crée l’homme détruit, ou encore le récent Civil War.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s