New X-Men en Marvel Deluxe

Les mutants sont toujours en proie à la méfiance. Soucieux de se faire accepter de l’humanité dont ils sont les enfants évolués, ils doivent parallèlement faire face à l’hostilité de certains de leurs congénères. Dans ce livre assez axé science-fiction, les difficultés ne manquent pas : virus, sentinelles, guerriers Shi’ars manipulés, le pouvoir du Phénix qui ravage Jean Grey … Grant Morrison au scénario a l’intelligence de faire habilement le ménage au milieu des mutants (il en balaie seize millions d’un coup à Génosha !) et centre son intrigue sur quelques personnages. Le nombre de protagonistes restreint permet une approche psychologique plus poussée. On retrouve ainsi le Fauve, Jean Grey, Cyclope, Charles Xavier, Wolverine et Emma Frost, mais surtout une nouvelle vilaine du nom de Casandra Nova, qui constitue le principal intérêt du récit. Tous les thèmes de prédilection des X-Men sont là, tant et si bien que le lecteur récidiviste comme moi s’y retrouve mieux et a l’impression d’être de retour chez soi. Alors peu importe le relooking des X-men (les films sont passés par là) ou la présence de la reine blanche dans l’équipe (quelques lignes d’introduction permettent de reprendre le train en marche). Au dessin, j’y ai découvert Frank Quitely qui fait un travail remarquable. En revanche, je fais partie de ceux qui sont légèrement réfractaires au style d’Igor Kordey …

La trame principale est la difficile cohabitation entre mutants et humains après l’attentat perpétré contre l’île de Genosha, qui a tué seize millions de mutants incluant Magnéto lui même. Dans un climat difficile de guerre civile ou les mutants sont souvent persécutés par des bandes d’humains hostiles, Charles Xavier joue la carte de  l’apaisement en devenant un personnage médiatique et en éduquant les jeunes mutants dans son institut afin d’en faire des individus pacifistes. Mais il est contacté par un mystérieux mutant français, Fantomex (risible), qui lui demande une protection car il a dérobé des informations secrètes sur la créations d’armes secrètes vivantes destinées à éliminer les mutants. La même équipe artistique se retrouve sur ce deuxième tome. Il est définitivement indisponible. Certains le vendent sur Internet à des prix exhorbitants … Je ne l’ai donc jamais lu.

Au côté de l’énigmatique Fantomex, Wolverine et Cyclope explorent le projet Arme Plus – le programme secret du gouvernement à l’origine de Wolverine ! Pendant ce temps, Magnéto lance une offensive de grande envergure contre l’humanité qui se solde par un violent affrontement avec le Phénix ! Une fois la poussière retombée, un bond de cent cinquante ans dans le futur nous transporte sur une Terre où les humains sont décimés tandis que les X-Men combattent des forces d’homogénéisation génétique. Les X-Men sont à couteaux tirés avec celui qui les tourmente depuis des années: le terroriste génétique du nom de Magnéto. A l’issue d’un combat, les X-Men ont cru que leur ennemi était enfin mort. En fait, Magnéto se cachait, attendant le moment propice pour frapper ses éternels rivaux. Quand les X-Men comprennent où le maître du magnétisme se dissimule, c’est le choc à l’Institut Xavier. Et même s’ils survivent à son nouvel assaut, pourront-ils intervenir à temps pour empêcher le génocide de toute la race humaine ? Toujours scénarisés par Grant Morrison, les X-Men sont ici dessinés par Chris Bachalo et Phil Jimenez. Du tout bon.

L’Institut pour jeunes surdoués de Charles Xavier n’avait encore jamais subi une attaque aussi violente que la dernière menée par Magnéto et sa nouvelle Confrérie des Mauvais Mutants. Après avoir décimé la moitié des plus puissants X-Men, le maître du magnétisme, qui s’était infiltré dans le groupe sous l’apparence de Xorn (spoiler), a jeté son dévolu sur Manhattan et fait plus de victimes et de dommages que la pire des catastrophes. Seuls Jean Grey et Wolverine, revenus de leur séjour dans l’espace, ont pu arrêter le massacre. Que va-t-il désormais advenir des mutants ? Grant Morrison est toujours et encore à la baguette, avec cette fois Marc Silvestri aux crayons. En bonus, il y a les deux épisodes consécutifs à la saga écrits par Chuck Austen et déssinés par Salvatore Larocca.

Je conseille vivement la lecture de ces volumes, surtout pour les anciens lecteurs des X-Men en particulier. Ceux qui, comme moi, ont été sevrés pendant des années, puis effrayés de reprendre une série fleuve après une longue absence. Ceux qui ont finalement craqué, désireux d’étancher à nouveau leur soif d’aventures au point de franchir le pas.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s