Spider-Man Hors Série n°35 : L’origine des espèces

Ce hors-série Spiderman n°35 est un complément à la lecture de la mini-série L’instant crucial. Matthew Southworth et Paul Azaceta s’occupent de mettre en images cette histoire de Mark Waid. L’histoire se déroule avant le dernier chapitre de Spiderman #141 : l’instant crucial 2/2. Lilly Hollister alias Menace fait irruption dans un café où se trouve Peter Parker, Harry Osborn, Mary Jane Watson et Carlie Cooper … pour accoucher en catastrophe ! Mais le nouveau-né, qui aurait pour père Harry Osborn alias le Bouffon vert, serait le premier enfant à combiner l’ADN de deux parents dont le sang contient le sérum du super-bouffon. Il suscite la convoitise du Dr Octopus. Ce dernier met en place un véritable traquenard avec l’aide de plusieurs vilains pour le récupérer. Spiderman s’empare de l’enfant pour le protéger.

L’ensemble de l’arc L’origine des espèces est diffusé par Panini dans ce hors-série. L’éditeur cadre avec sa politique visant à réduire le délai de distribution des parutions américaine et française. J’ai pris du plaisir à lire cette histoire, même si, autant être franc, c’est loin d’être révolutionnaire. Il semble difficile pour Spiderman de sortir du bourbier dans lequel il s’enlise depuis One More Day …L’histoire se résume à une chasse à l’homme dans laquelle le tisseur est confronté à une ribambelle d’ennemis. D’ailleurs, ils sont venus, ils sont tous là ! Les évènements se déroulent devant les caméras, ce qui ne contribue pas à améliorer la réputation de l’homme araignée … Le rythme est enlevé et les dessins sont réussis. J’aime bien le style très urbain de Paul Azaceta. Le cadrage reste très académique et ses à plats confèrent un certain charme à l’ancienne qui ne laisse pas indifférent. En revanche, de gros défauts font mal aux yeux. Les visages des personnages peuvent être méconnaissables d’une page  àl’autre, et certains corps connaissent des problèmes de … formes.

Spiderman : Origin of the species reste un Hors-Série sympathique à lire, mais il n’y a rien de bien transcendant à l’horizon. La faute à une histoire classique et des dessins pas toujours très réussis.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s