Vampyrrhic, de Simon Clark

Nichée au coeur des collines pourpres se trouve Leppington, petite bourgade tranquille du Yorkshire où la vie s’écoule sans histoire. Pourtant, sous les ruelles, de terrifiantes créatures s’éveillent. Une ancienne colère les anime, tournant à  l’obsession. Et une faim dévorante les unit. Une faim insatiable. Les nosferatu. Des créatures ayant le pouvoir de drainer votre volonté.
Tant et si bien que c’est avec joie que vous vous abandonnerez à  leurs baisers. Et que leurs crocs acérés vous déchireront la gorge…

Avec Vampyrrhic de Simon Clark, j’ai été emporté dans un vrai récit d’épouvante, alliant classique et modernité, où évoluent des personnages convaincants au milieu d’une histoire vampirique réussie.  Simon Clark ensorcelle le lecteur grâce à un récit mêlant mythe vampirique et légendes nordiques. Bien évidemment, les thèmes classiques du vampire sont présents. Mais la représentation de ces créatures de la nuit lorgne plus vers le Nosferatu que vers le vampire au look soigné et charismatique, bien que certains humains « convertis » possèdent un pouvoir de séduction très fort.

Le lecteur suivra donc les malheurs de David Leppington, Bernice Mochardie, Jack Black et Electra Charnwood. Tous quatre seront réunis au gré du récit pour combattre une horde de vampires assoiffés de conquête belliqueuse et surtout de sang humain. L’histoire se déroule dans une petite bourgade anglaise du nom de Leppington. Une petite ville où la seule entreprise rentable, un abattoir, se meurt peu à peu, laissant partir toute la jeunesse et plongeant la ville dans un oubli inéluctable. La ville côtière de Whitby est déjà connue par les lecteurs de romans vampiriques puisque ce fut celle-là même qui accueillit le Poséidon. Un navire qui accosta sur ses rives en apportant de Transylvanie le terrible Comte Dracula. Ces légers clins d’oeil vampiriques viendront bien évidemment étoffer le récit de manière subtile. Toutefois il n’y n’aura aucun lien direct avec le Dracula que nous connaissons bien. Bien au contraire, l’origine de ces Nosferatus épouvantables sera troublante et impliquera la famille fondatrice de cette petite bourgade anglaise d’une manière étonnante.

Je n’en dévoilerai pas plus sur cet improbable et judicieux mélange de légendes vampiriques et nordiques pour vous laisser un suspense total.

5 réflexions sur “ Vampyrrhic, de Simon Clark ”

      1. Au pire, quand j’aurais un job, je l’achéterais! J’aime tellement les livres sur les vampires (et les films, et les jdr etc!^^). Bestiole qui me fascine (excepté dans Twilight^^)

        1. Je ne sais pas si tu es une lectrice assidue de Bit-lit (tu te doutes que moi, non ^^). En lisant ce que tu sembles penser de Twilight, je suppose que toi non plus. Vampyrrhic est un livre qui apporte un peu de sang neuf (;)) au mythe du vampire, ce qui n’était pas pour me déplaire. En revanche, les puristes pourraient avoir à y redire😉

          1. Je ne suis pas très bit-lit, effectivement. Je n’ai rien contre des modifications, du moment que c’est cohérent avec l’univers et qu’on ne trouve pas non plus de vampires qui brillent au soleil et retournant au lycée…^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s