Stephen King, style littéraire

Stephen King est réputé pour son sens du détail et pour toutes les interactions qu’il a créé entre ses livres où certains faits, certains personnages se croisent (Dolores Claiborne et Jessie sont un exemple flagrant ainsi que le diptyque Désolation et Les régulateurs). Ses œuvres ont également beaucoup de cadres en commun, la majorité se situant dans le Maine (la ville fictive de Castle Rock en étant l’exemple le plus célèbre). Des histoires semblant souvent n’avoir aucun lien entre elles sont en fait liées par des personnages secondaires récurrents ou des références à des événements s’étant déroulés dans une histoire précédente (par exemple, le personnage de Cynthia reliant Rose Madder à Désolation).

La Tour Sombre, constitué de sept volumes, est un cycle qui lui permet de lier tous ces romans à une seule réalité, plutôt que de considérer ses crossover comme anecdotiques. Bon nombre de ses romans font référence au cycle de la Tour sombre ou vice-versa, souvent à travers des détails plus ou moins mineurs mais parfois de façon beaucoup plus essentielle (les connexions avec Insomnies, Coeurs perdus en Atlantide, Salem,et Territoires étant les plus flagrantes). L’un des personnages de King qui revient le plus fréquemment est Randall Flagg, qui est une des incarnations du mal dans plusieurs de ses œuvres ; il est ainsi l’homme en noir dans La Tour Sombre, le démon dans Territoires, le sorcier maléfique dans Les yeux du dragon ainsi que le principal antagoniste du Fléau.

Les livres de King sont parsemés de références à l’histoire et à la culture américaines, et particulièrement leurs côtés les plus sombres. Elles apparaissent le plus souvent dans les histoires de ses personnages, étant un facteur d’explication de leurs peurs les plus primaires. La violence (en particulier la violence au sein de la cellule familiale), le racisme et la guerre (spécialement celle du Vietnam) sont des thèmes récurrents dans ses œuvres.

Par ailleurs, le style narratif familier de King contraste avec le contenu horrifique d’une grande partie de ses écrits. Il utilise beaucoup les flash-backs, notamment pour illustrer les comportements et le cheminement de pensée de ses personnages principaux. Ceux-ci sont très souvent eux-mêmes des écrivains (Ben Mears dans Salem, Bill Denbrough dans Ca, Paul Sheldon dans Misery, Mike Noonan dans Sac d’os…). L’enfance est également un thème majeur de l’œuvre de King et les enfants jouent fréquemment des rôles essentiels dans ses histoires (Shining, Charlie, Le talisman, Ca, Désolation…).

Il a une formule très simple pour apprendre à bien écrire : « Lisez et écrivez quatre à six heures par jour. Si vous ne pouvez pas trouver le temps pour cela, vous ne pouvez espérer devenir un bon écrivain. » Lui-même s’est fixé un quota journalier de 2000 mots et ne s’arrête pas d’écrire tant qu’il ne l’a pas atteint. Il a également une définition assez particulière de ce qu’est le talent dans l’écriture : « Si vous écrivez quelque chose et que quelqu’un vous envoie un chèque pour cela, si ce chèque n’est pas sans provisions, et que vous pouvez payer la facture d’électricité avec cet argent, je vous considère comme talentueux. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s