La science-fiction

Principalement littéraire ou cinématographique, la science-fiction (couramment abrégée S.F) est un genre naratif structuré par des hypothèses sur ce que pourrait être le futur ou des univers inconnus (mondes parallèles, planètes lointaines). Ces hypothèses se basent à partir des connaissances actuelles, de type scientifique, technologique ou ethnologique.

Le terme français science-fiction a pour origine le terme anglais science fiction qui est apparu pour la première fois en 1853 sous la plume de William Wilson dans un essai intitulé A Little Earnest Book Upon A Great Old Subject. En Janvier 1927, on trouve dans les colonnes du courrier de Amazing Stories la phrase suivante : « Remember that Jules Verne was a sort of Shakespeare in science fiction. » (Rappelez-vous que Jules Verne était une sorte de Shakespeare de la science-fiction). Mais c’est en 1929, suite à l’éditorial d’Hugo Gernsback dans le premier numéro du pulp magazine intitulé Science Wonder Stories, que le terme commence à s’imposer en Amérique du Nord, aussi bien dans les milieux professionnels que chez les lecteurs, remplaçant de facto d’autres termes alors en usage dans la presse spécialisée comme « scientific romance » ou « scientifiction ».

Une représentation répandue que l’on trouve dans les dictionnaires dépeint la science-fiction comme un genre narratif qui met en scène des univers où se déroulent des faits impossibles ou non avérés en l’état actuel de la civilisation, des techniques ou de la science, et qui correspondent généralement à des découvertes scientifiques et techniques à venir. Cette description générale recouvre cependant de nombreux sous-genres. Cette diversité de la science-fiction rend sa définition difficile. Mais, bien qu’il n’existe pas de consensus à propos d’une définition de la science-fiction (presque tous les écrivains ont donné leur propre définition), on admet généralement que certains mécanismes narratifs caractéristiques doivent être présents dans une œuvre pour que l’on puisse la classer dans ce genre. Ainsi, The Cambridge Companion to Science Fiction propose une synthèse de ces caractéristiques par la formulation de plusieurs réquisits dont l’absence semblerait interdire de parler de science-fiction :

L’expérience de pensée : le récit de science-fiction est toujours un que se passe-t-il si… ? C’est une fiction spéculative qui place les idées au même plan que les personnages.

La distanciation cognitive : le lecteur doit être embarqué dans un monde inhabituel.

« C’est notre monde disloqué par un certain genre d’effort mental de l’auteur, c’est notre monde transformé en ce qu’il n’est pas ou pas encore. Ce monde doit se distinguer au moins d’une façon de celui qui nous est donné, et cette façon doit être suffisante pour permettre des événements qui ne peuvent se produire dans notre société – ou dans aucune société connue présente ou passée. Il doit y avoir une idée cohérente impliquée dans cette dislocation ; c’est-à-dire que la dislocation doit être conceptuelle, et non simplement triviale ou étrange – c’est là l’essence de la science-fiction, une dislocation conceptuelle dans la société en sorte qu’une nouvelle société est produite dans l’esprit de l’auteur, couchée sur le papier, et à partir du papier elle produit un choc convulsif dans l’esprit du lecteur, le choc produit par un trouble de la reconnaissance. Il sait qu’il ne lit pas un texte sur le monde véritable. » Philip K. Dick, lettre du 14 Mai 1981

L’activité de compréhension du lecteur : elle fait suite à la distanciation. Le lecteur doit reconstruire un monde imaginaire à partir de connaissances qui relèvent de théories ou de spéculations scientifiques, même s’il s’agit de connaissances qui violent les principes de nos connaissances actuelles. Ce monde inhabituel n’étant pas donné d’un coup, le lecteur doit se servir pour cela d’éléments fournis par l’auteur (objets techniques spécifiques, indices de structures sociales particulières, etc.). Ainsi, elle se distingue nettement de la fantasy, genre qu’elle côtoie dans les rayons des librairies, ce qui n’empêche pas l’écrivain Terry Pratchett de déclarer avec humour : « La science-fiction, c’est de la fantasy avec des boulons. »

Les références à un bagage culturel commun : le vocabulaire et les thèmes de la science-fiction font partie d’une culture familière au lecteur qui lui permet de s’y reconnaître.

Source : Wikipédia

Advertisements

3 réflexions sur “ La science-fiction ”

  1. Bienvenue sur les pages fantastiques ,)
    Pour répondre à ta question, même si je n’ai pas lu Egan (une honte ?), je pourrais te conseiller Robert Charles Wilson que j’ai découvert il y a peu (Spin et sa suite Axis, Les chronolithes, Mysterium).

    1. Mille mercis pour ce conseil, je vais aller voir de côté-là, je compte bien me nourrir de SF en ce moment. Au passage, j’aime beaucoup les thèmes de ce blog et il y a quelques semaines, je songeais à commencer un wordpress qui explorerait (à peu près) les mêmes thèmes : fantastique, sf, fantasy et horreur 😉

  2. Merci pour cette explo de la SF. Je suis en recherche active de nouvelles lectures. J’ai tenté de lire « Axiomatique » de Egan et je me sens pas trop à l’aise avec cet univers-là (c’est un peu trop « scientifique » pour moi). Avant, je lisais du K-dick, Asimov puis j’ai découvert un certain Tchiang (la tour de Babylone) qui n’est pas vraiment de la SF à mon sens (je ne saurais le classer) mais que j’ai adoré. Pourrais-tu (par hasard) me conseiller une lecture SF qui soit : aussi bien écrite que Egan, aussi originale que K-dick et aussi novatrice que Tchiang, une sorte de SF « conceptuelle » (au sens qu’elle apporte une réflexion sur le monde), spéculative et sociologique (qui s’intéresse à l’individu) ?

    Je sais, ma question est ultra longue, j’espère qu’elle n’est pas nébuleuse ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s