Nos années Strange, par Jean-Marc Lainé et Sébastien Carletti

« La vie, c’est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber« .

Pour la génération des trentenaires et des quadragénaires, entre 1970 et 1996, la vie, c’était Superman, Batman, Spiderman, Daredevil, les X-Men, les Vengeurs. Nos années Strange, c’est la boîte de chocolats que nous offrent Lainé et Carletti. Tout un programme pour toute une génération. Celle de ces enfants qui ont suscité l’incompréhension de leurs parents lorsqu’ils plongeaient littéralement dans les aventures des X-Men. Celle de ces ados qui firent l’objet de moqueries de la part de leurs potes parce qu’ils préféraient lire Titan et Nova plutôt que Podium et Star Club. Celle de ces jeunes hommes passionnés qui racontent à leur petite copine comment Gwen Stacy est morte, croyant naïvement qu’elle succomberait à une émotion autre qu’un baîllement. Celle de ces amateurs qu’on désigne de nos jours comme étant des geeks. Autrefois incompris et moqués, ils sont aujourd’hui à la mode. To be geek or not to be. L’avènement mondial des superhéros dans la culture populaire sonne comme un air de revanche pour toute cette génération qui se passionnait il y a déjà des décennies (la vache !) pour ce qui cartonne aujourd’hui.

Aussi fébrile que Forrest Gump lorsqu’il ouvre sa boîte de friandises, j’ouvre le livre de Lainé et Carletti. Dès la première page, on peut déplier la couverture pour découvrir les intérieurs de Strange en noir et blanc, les vrais, ceux d’époque ! Ceux qu’on a tous coloriés quand on était gamin (alors qu’on serait prêt à tuer pour empêcher un enfant de le faire aujourd’hui !). Au gré de ma lecture, je redécouvre des couvertures, des superhéros (Photonik !!!), mais pas seulement. Les auteurs ne se contentent pas de relater l’aventure Strange, mais  ils répertorient tous les produits dérivés associés, pour notre plus grand plaisir. Je parcours les pages avec nostalgie, et il se passe quelque chose digne de H.G Wells : je remonte le temps. Je me laisse envahir par le flot de ces souvenirs enfouis. J’oscille entre émerveillement et nostalgie : quelle époque c’était ! Sous un angle purement objectif, il faut saluer le travail très documenté des auteurs : les informations sont toujours précises et pertinentes, les illustrations sont magnifiques.

Sorti le 28 Septembre 2011, Nos années Strange, c’est 176 pages de pur bonheur, un recueil indispensable pour tout geek qui se respecte. Une vraie mine d’or pour ceux de notre génération qui veulent retrouver un peu de cette époque. Si vous ne l’avez pas encore lu, c’est l’occasion de vous le faire offrir ! Juste un conseil aux auteurs : à l’occasion de la sortie d’un tel livre, prévoyez une édition collector avec un paquet de kleenex offert !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s