Batman Universe n°10 : le retour

Après s’être perdu dans le passé, Bruce Wayne a remonté le temps pour revenir au présent. C’est ce qui a été raconté dans la mini-série Le retour de Bruce Wayne. Maintenant c’est au tour de Batman, le seul l’unique, de faire son grand retour. Mais un aperçu de ce que sera le futur l’engage à revoir sa méthode de lutte contre le crime. Il met sur pied une véritable armée. C’est l’heure de parcourir le monde pour recruter ses futurs bat soldats. Voici venu le temps de Batman Incorporated.

Ce numéro regroupe les épisodes de Batman : the return #1, et Batman Incorporated #1-4, scénarisés par Grant Morrison et desinés en premier par David Finch puis par Yannick Paquette et enfin Chris Burnham.

Par intermittence cette année, je me suis procuré des revues kiosque DC. Notamment Batman Universe, qui, il faut bien l’avouer, était réellement le seul magazine à attiser ma curiosité. Etait parce que ce numéro sera le dernier. A moins de vivre sur Mars, vous savez qu’en 2012, c’est l’éditeur Dargaud, via son label Urban Comics, qui reprend le flambeau des parutions DC en France. Et dans ce dernier numéro, Bruce Wayne/Batman revient aux affaires. Quand on sait que le chevalier noir sera un des héros les moins impactés (avec Green Lantern, mais je me trompe peut-être) par le relaunch des 52 séries DC, l’intérêt qu’on peut avoir à le lire demeure (au contraire de Brightest Day …).

Ce numéro met donc en scène un Batman décidé à élargir sa Bat famille en lui donnant une dimension mondiale. Il va donc au Japon et en Argentine pour commencer son recrutement. Bruce Wayne a publiquement déclaré être le mécène de Batman Incorporated, afin de préparer l’opinion à l’émergence de plusieurs chevaliers noirs aux quatre coins du globe (aura t-on un bat frenchie ?). Morrison continue son bonhomme de chemin avec une histoire amenant Batman dans une autre direction. Le général de la ligue des Justiciers va monter sa propre armée de lutte contre le crime. Ce qu’il a entraperçu du futur l’a bouleversé. Les dessins sont fournis tour à tour par David Finch pour le premier épisode, puis Yannick Paquette pour les suivants et Chris Burnham pour le dernier. J’ai beaucoup aimé le travail de Finch, qui fournit des planches sombres. Son style colle bien au justicier de Gotham. J’aime bien les dessins de Paquette, C’est bien dessiné (aaah Catwoman), dynamique, les planches sont très réussies. En revanche, je n’ai pas accroché au style de Chris Burnham dont les planches ne sont pas au niveau de ce qu’on a vu juste avant. Il m’est apparu comme un sous Juan Jose Ryp, beaucoup plus simplifié et donc beaucoup plus moche.

Se procurer Batman Universe #10 a un intérêt triple. D’abord, les collectionneurs possèderont le dernier numéro de la revue. Ensuite, c’est la fin de l’aventure Batman au sein de l’éditeur Panini. Une page se tourne. Enfin, il pose les bases de ce que sera l’univers de Batman l’année prochaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s