Green Lantern, séance de rattrapage

Dans un univers aussi vaste que mystérieux, une force aussi petite que puissante est en place depuis des siècles : des protecteurs de la paix et de la justice appelés Green Lantern Corps, une confrérie de guerriers qui a juré de maintenir l’ordre intergalactique, et dont chaque membre porte un anneau lui conférant des super-pouvoirs. Mais quand un ennemi du nom de Parallax menace de rompre l’équilibre entre les forces de l’univers, leur destin repose sur leur dernière recrue, le premier humain jamais choisi :  un pilote talentueux et téméraire du nom de Hal Jordan.

Réalisation : Martin Campbell – Casting : Ryan Reynolds, Blake Lively, Peter Sarsgaard, Mark Strong, Tim Robbins – Année : 2011 – Durée : 114mn

Avis : Cette critique ira très certainement à l’encontre de tout ce que vous avez pu lire sur le film. Pourquoi ? Pour une raison toute simple que je ne m’explique pas : j’ai bien aimé. La plus grande crainte que je nourrissais à l’égard de Green Lantern concernait Ryan Reynolds. L’acteur (?) a cette particularité qui fait qu’il peut être correct pour devenir proprement insupportable en l’espace d’une seconde. Sa prestation mémorable (sic) en Deadpool dans Wolverine : Origines lui colle encore à la peau. Mais force est de constater que malgré tout, il s’en sort à peu près bien dans le rôle de Hal Jordan. J’ai réussi à le supporter, même s’il ne peut s’empêcher de céder aux sirènes du cabotinage potache. Alors comment ai-je pu aimer un blockbuster de ce type, surtout si le personnage principal est incarné par un acteur chewing-gum ?

Il suffit qu’il soit bien entouré. Le reste du casting assure, de Peter Sarsgaard à Tim Robbins. Une mention spéciale est adressée à Mark Strong, impérial dans le rôle de Sinestro. On a envie de voir la suite (annoncée dans une scène post-générique) rien que pour lui. La mise en scène de Martin Campbell est parfaitement calibrée, efficace et dynamique, faisant la part belle aux effets spéciaux. A ce titre, le costume avait déclenché une levée de boucliers de la part de nombreux fans. Je l’ai quant à moi trouvé très réussi. Le vrai problème de Green Lantern, ce sont les ellipses scénaristiques qui plombent l’histoire. Aucune scène explicative, aucun flashback ne justifie la relation qui unit les trois personnages principaux. Dans le même ordre d’idées, on aurait aimé s’attarder un peu plus sur l’entraînement du nouveau Green Lantern.

Green Lantern n’est certainement pas un chef d’oeuvre, ni même un des meilleurs films du genre superhéroïque. Ce n’est pas pour autant le ratage complet que les critiques ont annoncé. Il aurait en revanche gagné à durer un peu plus longtemps, histoire de combler certains manques scénaristiques.

Une réflexion sur “ Green Lantern, séance de rattrapage ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s