House of M

Depuis les évènements de Avengers Disassembled, Wanda Maximoff, alias la sorcière rouge, sombre de plus en plus dans la folie. Son cas est désespéré au point que Charles Xavier et Stephen Strange deviennent impuissants. Au regard de la dangerosité que représente la sorcière rouge si son pouvoir lui échappait totalement, ils envisagent de la tuer. Les vengeurs et les X-men se rendent à Genosha pour la rencontrer lorsque la réalité du monde entier change …

House of M vient d’être réédité dans la collection Marvel Select, qui permet au lecteur de (re)découvrir des sagas incontournables à un prix plus abordable que dans la collection Marvel Deluxe. Le choix de ressortir House of M est judicieux, tant son impact sur le mode des mutants fut durable. On en ressent encore les séquelles aujourd’hui.

House of M, ce fut tout d’abord le retour du bon gros cross-over à l’ancienne, celui qui met en scène plusieurs équipes confrontés à une menace qui nécessite une alliance de grande ampleur. On y retrouve une multitude de personnages, comme les X-Men au grand complet, les Vengeurs (ex et new), Dr Strange … Tous devront faire face à la maison M, celle de Magnus, alias Magnéto. L’histoire met donc aux prises les plus grands héros Marvel avec le maître du magnétisme, et surtout ses enfants. Bendis livre une intrigue solide : la sorcière rouge modifie la réalité en en faisant un monde de paix ou les mutants règnent pacifiquement. Enfin, presque … le racisme a changé de camp, et le « sale mutos » a laissé la place à « sale sapiens ». Le scénario est tellement captivant que ce serait un crime de dévoiler quoique ce soit de plus.

On prend un plaisir énorme à retrouver Wolverine comme on l’aime, quand il fait son Rorschach, ce grain de sel qui va enrayer la mécanique. Magnéto est juste superbe. Quant à Spider Man, il illustre parfaitement le concept selon lequel le bonheur peut-être cruel … Tout juste peut-on regretter à la relecture de ce chapitre indispensable que certains personnages soient moins fouillés (quid de Captain America ?) et un dénouement un peu rapide. A moins que ce soit tout simplement du au fait qu’on se régale tellement à lire cette histoire qu’on aimerait la voir se prolonger un peu plus … House of M, c’est aussi l’avènement d’un frenchie au pays du Burger. Olivier Coipel signe une prestation de premier plan au dessin. C’est fin, clair et beau. Il arrive à mettre dans un même cadre une flopée de personnages en les rendant tous identifiables. Certaines planches proposent des dessins superbes, comme celui de la sorcière rouge ci-dessus.

La collection Marvel Select est un de ces exemples récents de la volonté de Panini de répondre à certaines critiques sur sa politique d’édition, en remettant les comics à portée des petites bourses. Le choix de House of M est d’autant plus judicieux qu’il s’agit là d’un moment incontournable du Marvelverse, qui, encore aujourd’hui, n’a rien perdu de son intérêt. En bonus, nous avons droit à des articles de journaux parus dans la réalité alternative de la maison M.

2 réflexions sur “ House of M ”

  1. Je n’aimerais vraiment pas être à la place de ceux qui ont acheté l’onéreuse version DELUXE, avec protège-cahier sur hard cover non illustrée, sans bonus aucun. Avoir cette nouvelle version entre les mains, moins chère de moitié, et bardée de bonus rutilants, doit donner envie de hurler. Logique éditoriale de PANINI, quand tu nous tiens…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s