Spider-Man n°145 : A bras le corps

Fear Itself continue ici. La peur envahit New York, et Spider-Man est dépassé. La vermine en profite pour l’attaquer. Le numéro précédent s’achevait sur le décès de Mme Jameson. Le monde de Spider-Man est bouleversé, et les conséquences ne devraient pas tarder à se faire sentir.

Spider-Man n°145 contient les épisodes U.S Fear Itself : Spider-Man #2 scénarisé par Chris Yost et dessinés par Mike Mc Kone, Amazing Spider-Man #655-656 scénarisés par Dan Slott et dessinés par Marcos Martin, et Web of Spider-Man #12 scénarisé par Roger Stern et dessiné par Philippe Briones.

Le mois dernier, nous avions laissé Spider-Man en mauvaise posture. le tisseur faisait l’objet d’une attaque surprise de la Vermine. Poursuite et conclusion du combat ici, avec toujours en toile de fond la montée de la peur au sein de la population new yorkaise. Chris Yost utilise le même schéma narratif que celui du premier chapitre. Il intercale dans son récit un décompte horaire des évènements, tout en continuant d’explorer les ravages de la peur à travers trois histoires mettant en scène des anonymes. Même si les dessins de Mike Mc Kone ne sont pas désagréables, on a quand même l’impression de relire le numéro précédent.

Changement de registre, visuel cette fois. Les épisodes d’Amazing Spider-Man font suite à la mort de Mme Jameson, qui s’est sacrifiée pour sauver son maire de mari. Dan Slott passe par la case obligée des funérailles, avec certaines planches muettes, comme d’habitude. Il pose également la sempiternelle question de la vengeance, et de la mort en réponse à la mort. Bref, là encore, rien de nouveau à l’horizon, si ce n’est l’utilisation de la perte du sens d’araignée de Spidey, qui ne demande qu’à être exploitée. Ce sentiment de déjà lu est accentuée par les dessins old school de Marcos Martin. Par moments, ça donne l’impression de relire un vieux numéro.

Pour finir, Panini complète son magazine par un épisode revenant sur les origines du Dr Octopus. Là encore, on sent le manque d’inspiration dans le choix du matériel à proposer au lecteur. C’est en plus bien moins complet (forcément) et moins intéressant que le très bon 100% Marvel qui y était consacré. Pour résumer, ce mois-ci semble marquer une pause pour le tisseur avec un numéro qui fait redite. Sans Ramos ni Caselli, la qualité visuelle s’en ressent. Un numéro relativement décevant en comparaison des trois précédents. Spider-man saura t-il rebondir dès le mois prochain ? Nous le saurons au prochain numéro !

3 réflexions sur “ Spider-Man n°145 : A bras le corps ”

  1. Oui, le nouveau costume n’est pas très réussi, en plus de ne pas être très bien dessiné. en revanche, le pourquoi du nouveau costume est bien amené, et j’espère qu’à l’avenir, les scénaristes sauront jouer intelligemment sur la perte du sens de l’araignée.

  2. Petite déception aussi de mon côté (et encore tu n’as pas parlé du nouveau costume…).
    Quant à l’histoire de Doc Ock, c’est juste un remplissage pour boucler la revue.
    Vivement le mois prochain !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s