Batman : Sombre reflet T.1

Tandis que Batman enquête sur une étrange vente aux enchères dans le milieu de la pègre à Gotham, le fils psychotique du commissaire Gordon fait sa réapparition. Si ce dernier aimerait pouvoir faire à nouveau confiance à son fils, la personnalité trouble du jeune homme ravive cependant chez Gordon de douloureux souvenirs.

Batman : Sombre reflet T.1 contient les épisode U.S Detective Comics #871-875, scénarisés par Scott Snyder et dessinés par Jock et Francesco Francavilla

Voici la première sortie librairie de Batman version Urban Comics. Derrière la superbe couverture de Jock, le livre propose une aventure de Batman parue dans Detective Comics. Mais attention, sous le masque, il ne s’agit pas de Bruce Wayne, mais bien de Dick Grayson, le premier Robin devenu Nightwing qui fait office de remplaçant de son mentor milliardaire, bien trop occupé à recruter une armée quand il ne se perd pas dans le temps (cf Le retour de Bruce Wayne, Batman Inc.). C’est donc lui qui enquête dans les bas fonds de Gotham alors que le commissaire Gordon voit ressurgir son passé avec le retour de son fils. pas de doute on nage en plein polar urbain, celui qui fait les beaux jours du magazine Detective Comics.

Pour ses premiers pas au scénario d’un Batman, Scott Snyder frappe fort. Il signe une histoire passionnante qui nous entraine dans tout ce que Gotham a de pire à nous proposer. On y découvre une caste de richissimes citoyens participant à des ventes aux enchères nauséabondes. Pendant ce temps, Gordon est en proie aux doutes et c’est un déchirement pour lui que de retrouver son fils. Snyder explore la personnalité du commissaire et nous perd dans les méandres de son esprit torturé, flashbacks à l’appui. Le doute s’installe en lui, et s’insinue sournoisement dans l’esprit du lecteur. Le doute est le pire des poisons, et il faudra bien un Batman aux abois pour empêcher Gordon de se perdre.

Au niveau des dessins, Jock et par la suite Francavilla donnent le ton. C’est sombre, âpre et dur. Le trait rugueux de Jock correspond bien à l’univers dépeint par Scott Snyder. Ce n’est pas un secret, j’apprécie particulièrement son travail (Green Arrow : Year One ou Losers). J’étais donc curieux de voir quelle serait son approche de l’univers de la chauve-souris et je n’ai pas été déçu. Dans la même veine, Francavilla propose un travail tout aussi obscur, fortement marqué par le film noir. J’ai été d’abord déstabilisé par son style, mais le choix des couleurs et des cadres a fini par emporter mon adhésion. Chacun des dessinateurs apporte sa sensibilité et donne un peu plus d’ampleur à cette histoire bien sombre.

Batman : Sombre reflet T.1 est une vraie réussite. Je n’en attendais pas mois du scénariste en titre de Batman New 52, dont le passage à Gotham est encensé par tous (et en plus il y est associé à Greg Capullo). La suite est en haut de ma pile à lire.

2 réflexions sur “ Batman : Sombre reflet T.1 ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s