Marvel Knights n°2 : Briser les chaînes

On retrouve Daredevil en mauvaise posture. Captif, il va enfin découvrir l’identité du vilain qu’il doit affronter. Ghost Rider n’est plus un homme mais une femme ! Johnny Blaze commence à s’en mordre les doigts … Quant au Punisher,  il continue de tracer sa route avec de la poudre et du sang.

Marvel Knights n°2 contient les épisodes U.S Daredevil (vol.3) #3-4 scénarisés par Mark Waid et dessinés par Paolo Rivera et Marcos Martin, Ghost Rider #3-4 scénarisés apr Rob Williams et dessinés par Matthew Clark et Brian Ching, et Punisher (vol.8) #2-3 scénarisés par Greg Rucka et dessinés par Marco Checchetto.

On retrouve deux épisodes de Daredevil au sommaire de ce numéro. Comme expliqué dans un article précédent, Mark Waid a opéré un virage à 180°. Finie, l’ambiance lourde et pesante qui planait sur le quartier de Hell’s Kitchen, les planches où le noir dominait.On demeure tout de même dans l’univers du polar, Daredevil étant le personnage Marvel  urbain par excellence. L’équipe composée de Waid, Rivera et Martin fait dans l’humour et choisit d’aller aux antipodes de ce qui faisait la marque de fabrique de Daredevil. Les puristes crient au scandale, les autres apprécieront cette volonté de renouveler le personnage. Enfin, en faisant du neuf avec du vieux puisque le style se rapproche du DD des 60’s. Il en ressort un côté vintage qui n’est pas pour me déplaire, même si je suis un fan absolu du travail de Maleev et Bendis sur la série. Reste à savoir si le concept tiendra sur la durée parce que Matt Murdock est un super héros fait pour vivre dans le noir !

En revanche, s’il y a bine un personnage qui va sombrer dans l’obscurité, c’est bien le Ghost Rider. Malgré une tentative de renouvellement à saluer, rien n’y fait : la série débute mal. On pensait en avoir enfin terminé avec Fear Itself mais non ! Le Serpent a dans l’idée de recruter le démon Zarathos (le Ghost Rider donc). Pendant ce temps, Johnny Blaze commence à regretter d’avoir laissé un tel pouvoir, manipulé qu’il était par un certain Adam. Du coup, c’est Méphisto lui-même qui le met devant ses responsabilités. Le scénario de Williams est inintéressant, et els dessins ne parviennent pas à rattraper le coup. Une série qui n’aura de toute façon  tenu que le temps de neuf épisodes outre Atlantique … Elle sera ainsi remplacée par Winter Soldier dans quelques numéros.

Enfin, la revue se termine avec deux épisodes de Punisher. Greg Rucka persiste dans la ligne de conduite qu’il semble s’être fixée. Le punisher accède au rang de mythe urbain, et apparaît comme une sorte de fantôme vengeur qui hante les rues de New York. Le vigilante est avare en paroles mais généreux dans la violence ! On retrouve également le duo d’enquêteurs qui rappelle furieusement les inspecteurs Mills et Sommerset qui officient dans le génial Se7en. C’est sombre, direct, violent. Le sentiment de brutalité qui se dégage de ces épisodes est aussi due à l’excellent travail de Marco Checchetto. La violence du combat entre Punisher et le vautour nouvelle version est particulièrement bien rendue. On appréciera également le découpage très cinématographique des planches.

Pour son deuxième numéro, Marvel Knights offre de la qualité, malgré la présence de la série Ghost Rider, décédémment maudite. Je reviens le temps de quelques mots sur la postface de Christian Grasse, assez marrante à défaut d’être ridicule. En effet, il avance l’argument que Daredevil est enfin de retour en kiosque parce que Waid, Rivera et martin ont opéré un changement à base d’humour, de lignes claires, et de couleurs flamboyantes. Moins violent et donc plus accessible, le diable de Hell’s Kitchen pouvait donc retrouver les kiosques français dans une parution régulière … Etonnant quand on lit Punisher juste après …

Marvel Knights n°2 : les covers

4 réflexions sur “ Marvel Knights n°2 : Briser les chaînes ”

  1. Oui Ghost rider est pathetique. Histoire nulle, dessin moche et narration tres mauvaise. Un must du genre. Et dire que j ai acheté ça pour les quelques pages de Martin.

  2. C’est clair que Ghost Rider est le maillon (de chaîne demoto) faible, même si j’ai assez aimé les dialogues du début avec Méphisto.
    Quant à Grasse, no comment (Panini fait déjà peu de rédactionnel et en plus ils lui confient… bref…).

    1. Oui y a du dégât quand même à ce niveau là ^^ Enfin, Ghost Rider apparaîtra encore deux ou trois numéros et sera remplacé par Winter Soldier. C’est vraiment dommage que Ghost Rider n’ait pas droit à une série de qualité. Ce fut pourtant le cas avec le duo Ennis / crain (tout juste énorme).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s