Spider-Man n°149 : L’extrémiste

Spider-Man s’offre une saga complète en trois épisodes où il affronte un mystérieux justicier vengeur, qui répond au doux nom d’Extrémiste. En fin de magazine, Spidey en profite pour se remémorer sa première rencontre avec Captain America, alors fraîchement décongelé (oui je sais elle est bonne celle là).

Spider-Man n°149 contient les épisodes U.S Web of Spider-Man #8-10 (vol.2) scénarisés par Fred Van Lente et dessinés par Javier Rodriguez (#8), Patrick Olliffe, Nick Dragotta (#9) et Nick Dragotta (#10) Amazing Spider-Man Annual #37 scénarisé Karl Kesel et dessiné par Paulo Siqueira.

Cette saga complète intitulée sobrement L’extrémiste met Spider-Man aux prises avec un vigilante d’un genre particulier. en effet, l’adversaire en question est capable de lire les auras des personnes qu’il croise, et se rendre intangible et invisible … L’histoire se lit sans déplaisir, mais sans grand intérêt non plus. Il faut dire que le scénario de Fred Van Lente est assez convenu, et ne réserve pas de rebondissements aptes à vous scotcher à votre siège (ou à votre cuvette, tout dépend d’où vous lisez vos comics). Le problème de l’invisibilité est expédié on ne sait trop comment, vu que tout le monde peut finalement le voir, ce qui arrange bien notre ami Spidey. Les dessins sont l’oeuvre de trois artistes différents. Leur style est homogène et passer de l’un à l’autre ne provoque pas de rupture en soi. Les dessins sont corrects, même si je les ai trouvés finalement un peu ternes, la faute à des couleurs délavées et des décors simplistes. Une histoire simple  qui s’oublie aussitôt la revue refermée.

L’épisode de fin est tiré d’un annual qui remonte le temps. Il revient sur la toute première rencontre entre Spidey et Cap. les deux doivent faire équipe pour contrer des cerveaux venus d’une autre dimension chargés d’éliminer Flint Marko alias l’homme des sables. en effet, le vilain est soupçonné d’être à l’origine de la mort de 27% de la population mondiale dans un avenir proche. les individus en question ne sont autres que Nicola Tesla, Franz Kafka, Marie Curie et Charles Darwin ! C’est totalement improbable (marrant de dire çà quand on passe son temps à lire des histoires où les protagonistes développent des pouvoirs extraordinaires …), mais c’est frais et enlevé. Il n’y  a pas de grande surprise (Spidey est impressionné par Captain America, le sort de l’humanité est réglé en quelques pages …) mais c’est suffisamment divertissant pour tenir en haleine. Aux dessins, Paulo Siqueira fait le job et livre des planches dynamiques et colorées. Et juste pour le plaisir, on a droit à un petit caméo du Stan Lee d’époque.

Spider-Man n°149 est un opus en demi-teinte, la faute à une saga complète correcte sans plus. C’est tout de même un achat intéressant pour les complétistes, puisque c’est le dernier avant la renumérotation prévue le mois prochain … et les débuts de Spider Island et Avenging Spider-man !

Spider-Man n°149 : les covers

5 réflexions sur “ Spider-Man n°149 : L’extrémiste ”

  1. Critique parfaite ! Je viens de le terminer à l’instant et c’est exactement ce que j’ai ressenti. Pas exceptionnel, mais çà se lit.

    1. Il ne laissera pas un souvenir impérissable ce numéro, c’est certain ^^ Au moins, il renforce notre impatience de découvrir Spider Island en VF !😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s