Geoff Johns présente Green Lantern T.1 : Sans peur

Après des années d’errance, le capitaine de l’U.S Air Force, Hel Jordan, reprend son rôle de Green Lantern, justicier intergalactique. il est temps pour lui de retrouver sa famille et son escadron. Profitant de cette période de sérénité, les pires ennemis de Green Lantern sortent de l’ombre : les traqueurs, Hector Hammond, le Requin, et l’effroyable zombie, Black Hand !

Geoff Johns présente Green Lantern tome 1 : Sans peur contient les épisodes Green Lantern #1-6 scénarisés par Geoff Johns et dessinés par Carlos Pacheco, Ethan Van Sciver et Simone Bianchi, et Green Lantern Secret Files #1 scénarisé par Geoff Johns et dessiné par Darwyn Cooke.

La collection DC Signatures part d’un concept intéressant. Urban a choisi de rééditer des runs censés représenter le travail d’un auteur sur une série, et marquer son influence. Batman rendra hommage à Grant Morrison, et dans le cas présent, Green Lantern met à l’honneur Geoff Johns.Ce premier tome s’intitule Sans peur, mais est-il sans reproche ? Verdict dans les lignes qui suivent.

Avant d’être promu grand architecte du relaunch de l’univers DC Comics, Geoff Johns s’est imposé comme un scénariste sur qui compter, lors de son apssage sur la série Flash, mais surtout sur la série Green Lantern. Johns s’y inscrira dans la durée, lui offrant une vraie renaissance (au propre comme au figuré) et des séquences parmi les plus intenses du cosmic DC. Voilà donc pour le choix éditorial, logique et amplement mérité. Cet album revient donc sur les épisodes qui succèdent à Green Lantern : Rebirth, et qui se déroulent donc (bien) avant le relaunch.

L’histoire suit donc Hal Jordan, qui reprend son activité de super héros, mais également de pilote d’essai. Ses nouveaux débuts sont difficiles puisque d’emblée il doit affronter un traqueur bien décidé à trouver sur Terre ce qu’il est venu chercher : les restes d’un de ses congénères discrètement récupérés et exploités par l’armée. Il aura à peine le temps de gérer la situation qu’il lui faudra ensuite faire face au Requin, à Hector Hammond et Black Hand ! On retrouve du green Lantern un peu moins cosmique que ce que j’ai pris l’habitude de lire, la plupart des aventures au sommaire de ce premier tome se déroulant sur Terre. Peu importe, le spectacle est au rendez-vous. Action et humour sont au menu. Johns pose ici les jalons du renouveau, avec la reformation du corps des green lantern en cours et la reprise des activités de Hal Jordan. J’ai préféré les épisodes mettant en scène Hammond , le Requin et Black Hand, même si les trois premiers (avec le traqueur) sont quand même bien sympathiques. On appréciera également les dessins des différents artistes présents dans cet album. Pacheco, Van Sciver, Bianchi ou Cooke livrent chacun un travail intéressant, chacun dans un style qui lui est propre. Il est d’ailleurs intéressant de voir Bianchi à l’oeuvre sur du cosmique, lui dont le style s’adapte plus facilement à Thor par exemple. Les grands peuvent tout dessiner, et Bianchi le prouve.

Alors cet album est-il un indispensable ? Oui et non. Oui, pour qui veut (re)découvrir le personnage de Hal Jordan / Green Lantern. Les tomes prévus sont au nombre de huit, et il y aura donc de quoi rattraper un certain retard (d’autant plus que le relaunch n’a pas complètement réinitialisé la série Green Lantern). Non, pour qui veut se plonger dans un livre analytique décortiquant le travail d’un scénariste. Point de notes explicatives sur l’approche de l’auteur, point d’extraits de scénario, point d’interview. Est ce qu’on y aura droit dans de prochains albums ? Il y a bien quelques bonus. En guise d’introduction, nous avons un bref récapitulatif sur l’évolution de la série au fil des décennies et une présentation des personnages présents. En conclusion, nous avons la galerie des couvertures, ainsi qu’une présentation de l’auteur et des différents dessinateurs qui ont oeuvré sur ces épisodes. L’album propose la même pagination que ceux de la collection DC Renaissance, ne permettant pas de porter un regard plus critique et analytique sur le travail de Geoff Johns. Le tome 2 prévu en Septembre semble continuer sur le même principe, à savoir une réédition des épisodes de Green Lantern scénarisés par Geoff Johns. J’espère que les volumes de Grant Morrison présente Batman, (que je ne manquerai pas de chroniquer ici) proposeront une réelle analyse du style de l’auteur.

On ne va quand même pas bouder son plaisir parce que le contenu est très bon, c’est juste que le concept n’est pas complètement exploité. Urban se contente de rééditer des épisodes à un prix accessible (ce qui est déjà bien !) sans se livrer à une analyse en profondeur du travail d’un scénariste qui pourrait ravir tous les auteurs en herbe. Serait-ce au programme des prochains tomes ? L’avenir nous le dira.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s