Savage Dragon Tome 1 : Baptême du feu

Chicago. Un génie du crime organisé appelé Overlord étend son emprise sur toute la ville. Les forces de police sont dépassées. C’est alors que le miracle survient. Retrouvée amnésique au milieu d’un champ en flammes, la créature providentielle est recueillie par le lieutenant Frank Darling, qui l’aide à trouver son identité et un sens à sa vie. Ils n’avaient aucune chance. Ils ont désormais le Dragon.

Savage Dragon : Baptême du feu contient les épisodes Savage Dragon #0, la première mini-série Savage Dragon, et Savage Dragon #1-2 (série régulière) scénarisés et dessinés par Erik Larsen, ainsi que la mini-série Blood & Guts scénarisée et dessinée par Jason Pearson .

Un petit rappel des faits s’impose. En 1992, certains auteurs quittent Marvel et font sécession pour créer une nouvelle maison d’édition au sein de laquelle chacun aura le contrôle total sur les séries qu’ils créera. Parmi eux, Marc Silvestri, Jim Lee, Todd Mc Farlane ou encore Erik Larsen. Ce dernier lancera un nouveau personnage issu de son imagination : Savage Dragon. Delcourt propose au sommaire de ce premier tome les premiers épisodes de cette fameuse série. Il faut savoir que les origines du personnage sont longtemps restées obscures, mais elles furent publiées dans les pages de Savage Dragon #0, proposé ici en guise d’introduction. L’épisode en question est d’ailleurs anecdotique, tant la direction prise par Larsen dès le #1 s’en éloigne.

Savage Dragon est donc recueilli par un agent de police à Chicago. L’homme le prend sous son aile, nullement choqué par l’apparence et les manières rudes de cet amnésique. Il lui demande son aide pour lutter contre le crime, décelant en lui un potentiel renfort pour les forces de police. Dragon ne se fait pas (trop) prier puis intègre la police de Chicago. Ses méthodes sont expéditives, la nouvelle recrue ne s’embarrassant pas des procédures. Les ennemis sont nombreux, et les combattre nécessite une bonne dose de courage, mais surtout beaucoup de muscles. Le personnage est brut de décoffrage, même s’il apparaît plus subtil qu’il n’en a l’air dans les épisodes signés Jason Pearson. L’intrigue y est d’ailleurs un peu plus fouillée.

Série décomplexée qui fleure bon les comics des 90’s, époque où ils faisaient dans la démesure, Savage Dragon propose des bastons à outrance. On s’y castagne toutes les deux planches, les bulles de dialogues sont ponctuées d’expressions fleuries. Dragon donne l’impression d’avoir eu le sergent tirailleur Tom Highway (ndlr Le maître de guerre) comme professeur à l’école de police. L’intelligence n’est pas le propre de la série, qui souffre de quelques problèmes de rythme. Le temps de tourner une page et on saute parfois du coq à l’âne. Larsen livre des épisodes spectaculaires qui jouent à fond la carte du divertissement. Son style graphique appuie l’aspect purement spectaculaire de la série. Les personnages disposent de biceps faisant passer ceux de Schwarzie pour des cure-dents, et certains protagonistes ont un look improbable (qui a dit normal c’est du comics ?).

Passez votre chemin, il n’y a rien à lire ? Pas vraiment. Parce qu’au fil des années, Savage Dragon a acquis un statut de personnage culte. En France, il a beaucoup de mal à se frayer un chemin vers le succès. Le traitement des premiers épisodes n’y est pas étranger, tant ils véhiculent une image simpliste, bourrée de testostérone. Pourtant, la série s’avèrera, au bout de quelques épisodes bien plus intéressante que le premier degré qu’elle proposait à ses débuts (c’est du moins la tendance qui se dégage d’après l’avis général des lecteurs V.O). Ce parti-pris est à l’origine d’un accueil froid de la part du public français. Delcourt ne prévoit toujours pas de publier la suite, la faute à des chiffres de vente catastrophiques sur le marché hexagonal. D’autant plus que l’éditeur avait bien fait les choses, avec des notes d’auteur et de nombreux croquis d’études. Pas sûr donc qu’on puisse découvrir la suite en nos vertes contrées un jour … du moins en V.F.

Savage Dragon : Baptême du feu est le seul et unique album disponible pour découvrir un personnage culte. C’est déjà en soi une bonne raison de se le procurer. Mais pour l’apprécier, il faut accepter de remonter le temps et adhérer au parti-pris décomplexé, en attendant désespérément qu’un jour sorte la suite, qui a la réputation d’être meilleure. En attendant, on préfèrera une autre grande gueule musclée, Hellboy.

2 réflexions sur “ Savage Dragon Tome 1 : Baptême du feu ”

  1. « Savage Dragon »: ma plus grande frustration vf de tous les temps!!!!
    J’avais découvert par hasard cette série lors de la publication de la première mini série (soit sa découverte dans le terrain en feu et la suite) lors de la publication par SEmic.
    En voyant la pub je m’étais dit: « C’est quoi ce mauvais clone de Hulk!!! » (mais bon Semic venait de perdre Marvel à l’époque et le marché du comics vf était bien maigre….)
    Bon sang la baffe que je me suis prise: du bon comics de super héros qui ne se prend pas au sérieux, qui se fout des super héros (mais sans être destructeur) et surtout: Efficace sans se prendre la tête.
    La série régulière qui suit va crescendo et Erik Larsen a su développer un univers complet et élaboré (sur une seule série….prenez en de la graine messieurs de Marvel et DC), tout en visitant tous les genres de super héros.
    Une série qui paraît simpliste quand lue au premier degré mais qui est tout simplement excellente si on la lit au second degré.
    Je fais partie comme tu l’as compris de ces fans qui défendent et plaident pour avoir la suite de cette série (même en collection souscription…..)

    « Savage Dragon c’est bon, lisez-en!!!!!! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s