Spider-Man n°1 : Spider Island 1/4

Spider-man est un héros surbooké. Entre son travail en labo, ses activités de justicier de New York et son appartenance aux Vengeurs ET à la Fondation du Futur, difficile de dégager du temps pour sa petite amie. Et ce n’est pas en compagnie de Rulk que ça va changer ! En plus, un mal mystérieux s’empare de Manhattan, dont les habitants se retrouvent affublés de ses pouvoirs !

Spider-Man n°1 contient les épisodes U.S Avenging Spider-Man #1 scénarisé par Zeb Wells et dessiné par Joe Madureira, The way of the Spider (free comic book day) scénarisé par Dan Slott et dessiné par Joe Madureira, Amazing Spider-Man #666-667 scénarisés par Dan Slott et dessinés par Humberto Ramos et Stefano Caselli, Spider-Man : you’re hired #1 scénarisé par Warren Simons et dessiné par Todd Nauck.

Chez Panini, il y a des claques qui se perdent …

Ce numéro était doublement attendu. La première raison tient au fait qu’il s’agit d’un (énième) numéro un dans la gamme des revues en kiosque éditées par Panini. Comme d’habitude, la chose est mal gérée. Cette stratégie est censée apportée de nouveaux lecteurs (encore et toujours), mais ce que l’éditeur oublie, c’est que pour y parvenir, il faut un minimum de soutien éditorial. Là où les revues éditées par Urban Comics proposent des notes explicatives sur des évènements cités ou des présentations de personnages, Panini se contente d’une rapide présentation des équipes présentes dans les trois revues … Présentation identique d’un magazine à un autre. Surtout, la composition du sommaire nous offre d’entrée un GROS spoiler quant au dénouement de Spider Island ! En effet, le lancement de la série Avenging Spider-Man se déroule après les évènements de Spider Island …. que l’on découvre juste derrière et dans les prochains numéros … En postface, Christian Grasse nous avoue même qu’ils n’y ont accordé aucune importance ! On passera rapidement sur l’épisode gratuit du free comic book day que l’éditeur considère comme du matériel payant … Une logique toute paninienne qui, associée au manque d’inspiration et au remaniement pas forcément opportun prévus par Marvel, me conforte dans ma décision d’abandonner la majorité de leurs séries. D’autre part, l’augmentation de la pagination s’accompagne d’une hausse du prix de 70 centimes. Cela semble logique sauf que les pages rajoutées servent à glisser un épisode de remplissage, généralement inutile, particulièrement inintéressant dans le cas présent ! Encore une preuve s’il en fallait une qu’on nous prend vraiment pour des con … sommateurs !

La seconde (et excellente) raison tient au lancement de la série Avenging Spider-Man (malgré un timing désastreux) et l’arrivée de l’event intitulé Spider Island. Comme je suis attaché à rédiger des articles certifiés sans spoilers, je livrerai une impression générale sur ce numéro. Que ce soit sur Avenging Spider-Man ou Amazing Spider-Man, les scénaristes (Wells et Slott) nous offrent un condensé d’humour et d’action. Du comic pur jus, divertissant comme on l’aime depuis Big Time. Spider-Man est de retour en forme depuis quelques mois, et c’est confirmé ici. Les épisodes sont survoltés. Il faut dire que les auteurs sont épaulés par des artistes exceptionnels, qui s’imposent définitivement comme d’excellents choix pour dessiner les aventures du tisseur. On retrouve l’habitué Stefano Caselli, mais aussi Humberto Ramos et Joe Madureira (qui opère sur Avenging Spider-Man) ! Non seulement les épisodes s’enchaînent sans temps mort, mais il en ressort une homogénéité vraiment agréable au fil des planches. Comme en plus, c’est magnifique, il ne faut surtout pas se priver !

Spider Island démarre en douceur avec un énième épisode prologue, malgré tout plus intéressant que ceux qui ponctuaient les mensuels précédents, qui faisaient plutôt office de remplissage … Puis le rythme monte jusqu’à ce qu’on assiste à un joyeux bordel ! L’intrigue promet d’être particulièrement excitante. Dommage qu’une des conséquences (et pas des moindres) soit révélée dès le début de la revue … Quant à Avenging Spider-Man, elle propose une team-up associant notre monte en l’air préféré au très sociable Rulk. Dire que le colosse rouge est insensible au sens de l’humour de Spidey est un euphémisme, et faire équipe avec le tisseur s’avère déjà être un calvaire pour lui. Joe Madureira est en très grande forme et dynamise encore plus l’histoire qui met les deux vengeurs aux prises avec les moloïdes de Subterranéa.  Pour son retour aux affaires, l’artiste régale !

Spider-Man n°1 s’avère à la hauteur de nos espérances, avec des scénaristes et des artistes en très grande forme, pour des épisodes majoritairement excellents ! Cependant, on protestera avec force contre le gâchis éditorial auquel nous habitue Panini depuis trop longtemps … Soit les séries sont médiocres (ce qu’on ne peut reprocher à l’éditeur même s’il choisit ce qu’il pioche dans le catalogue), soit elles sont bonnes mais sont malmenées par des décisions éditoriales inadéquates.

Spider-Man n°1 : les covers

4 réflexions sur “ Spider-Man n°1 : Spider Island 1/4 ”

    1. Il est certain qu’à l’heure actuelle il n’y a pas photo entre les deux éditeurs ! Et pour être franc, je ne vois pas Panini améliorer sa situation … Maintenant est ce qu’Urban continuera sur sa lancée sur le long terme ? Ceci dit, ça fait quelques mois maintenant et c’est quasiment un sans faute de la part de l’éditeur (meilleure gestion du catalogue, rééditions de qualité, travail éditorial à la hauteur) 😉

      1. Je pense qu’effectivement mon étagère Urban va vite être remplie, celles concernant les publications Panini risquent en revanche de ne plus guère évoluer …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s