Grant Morrison présente Batman T.1 : L’héritage maudit

Grant Morrison présente Batman T.1 contient les épisodes U.S Batman #655-658 et #663-669 tous scénarisés par Grant Morrison et dessinés par Andy Kubert, J.H Williams III (667-669) et John Van Fleet (663).

La série de livres consacrés au (long) travail de Grant Morrison sur Batman sera composé de huit albums. La plupart des épisodes étaient à l’époque publiés dans la revue Batman Universe, éditée par Panini. Dans ce premier tome, on découvre le fils caché de Bruce Wayne et Talia Al’Ghul, Damian. Le passage de Morrison sur la série a été particulièrement remarqué, dans la mesure où il a su jouer sur plus de 70 ans de continuité pour parvenir à renouveler le personnage de Batman. Il a réussi à redéfinir le mythe de l’homme chauve-souris et de la famille Wayne notamment dans la mini-série Le retour de Bruce Wayne.

Dans les épisodes présents, il affuble le chevalier noir d’un fils bien plus violent que la moyenne. L’enfant a été élevé au sein de la Ligue des assassins par sa mère, Talia Al’Ghul ! Morrison joue sur l’antagonisme avec Tim Drake (Robin III), récemment adopté par Bruce Wayne. L’irruption du jeune homme dans la vie de Batman sera la source de bien des bouleversements au sein du Batmanverse. Ce sera également l’occasion pour leels auteurs de renvoyer Bruce Wayne face à son propre reflet. Ce premier tome propose également l’épisode Batman #666 : Bethlehem, dans lequel, dans un futur proche, Damian aurait repris le flambeau de son père. L’épisode ne s’avère pas si anecdotique que çà, révélant ce que pourrait devenir le Batman si le fils endossait le costume du père. Tous les épisodes sont jusqu’ici dessinés par Andy Kubert, avec son style efficace et spectaculaire.

La suite est constituée des trois épisodes consacrés à la cour des héros, ce groupe de justiciers de seconde zone adoptant les méthodes du justicier de Gotham. Une sorte de fan club hétéroclite où se côtoient entre autres un épéiste français, un vigilante latino nommé El gaucho, ou encore frère Chiroptère et Corbeau Rouge, duo mexicain composé du père et du fils. Dans ce remake des Dix petits nègres d’Agatha Christie, ils sont tous réunis sur une île par un richissime philanthrope. Ils sont surtout traqués par un mystérieux assassin. C’est l’occasion de retrouver J.H Williams III à l’oeuvre sur la  série Batman. Le résultat est mitigé, dans la mesure où l’artiste oscille entre son propre style et un hommage appuyé à certains de ses confrères. Pour autant, on reconnaît bien là sa patte, et son sens de la composition qui fait un malheur sur la série Batwoman.

On termine avec une nouvelle intitulée Au clown de minuit. Avec pareil titre, on pense au Joker, forcément ! Morrison nous embarque pour une visite guidée au pays de la folie. Il nous avait déjà plongé dans les recoins les plus sombres d’un établissement bien connu, L’asile d’Arkham. Il se livre ici à l’exercice de l’étude comportementale en convoquant les illustrations superbes de John Van Fleet. C’est sombre, sale et violent, comme les ruelles les plus obscures de Gotham la pourrie. Un récit pour lecteurs avertis, à ne pas lire à son enfant si on veut qu’il s’endorme paisiblement.

Au niveau éditorial, Urban s’est encore une fois appliqué. D’emblée, nous avons la désormais classique autant qu’indispensable chronologie de l’univers DC, et la présentation des personnages principaux présents dans les épisodes. Je regrettais le manque d’analyse du style de l’auteur dans Geoff Johns présente Green Lantern tome 1. Si le manque se fait encore ressentir ici, il est partiellement comblé par des notes de l’éditeur sur les influences de Morrison émaillant son travail pour le ou les épisodes suivants. Pour le reste, c’est un bel objet cartonné, au design classique et efficace, qui se fondra sans problème dans votre collection d’albums estampillés Urban Comics.

Grant Morrison présente Batman est l’occasion de replonger dans le run de Morrison, pas si vieux que çà, mais indispensable pour comprendre tout ce qui va se jouer pour la chauve-souris dans les évènements à venir (Batman inc et sa lutte contre le Léviathan).

2 réflexions sur “ Grant Morrison présente Batman T.1 : L’héritage maudit ”

  1. Je ne regrette pas mon achat, très plaisant à lire. Par contre j’aurais aimé que l’histoire du Batman du futur soit plus longue, mais là c’est vraiment pour chipoter 😀
    Demain j’espère trouver le second tome dans mon comic shop favori ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s