Justice League : Aux origines

Il y a cinq ans, nul ne connaissait l’existence des surhommes, et encore moins celle des super héros …. Avec l’apparition de Superman, Batman, Green Lantern et Wonder Woman, les autorités, effrayées par la puissance de ces individus, les déclarèrent hors-la-loi. Cependant, lorsque Darkseid projeta de conquérir la Terre, les humains durent se placer sous la protection de leurs héros. Voici le récit de la première union des super héros qui allaient bientôt devenir la célèbre ligue de justice.

Justice League : aux origines contient les épisodes U.S Justice League #1-6, scénarisés par Geoff Johns et dessinés par Jim Lee.

Parmi les relaunch les plus attendus, celui du célèbre mastodonte : Justice League. Pour relancer la série en grandes pompes, DC l’a confiée à deux poids (très) lourds de la maison, le scénariste Geoff Johns et le dessinateur Jim Lee, rien que çà. L’association de deux grands talents ne débouche pas toujours sur le résultat espéré. On le sait, la montagne accouche d’une souris. La découverte des six premiers épisodes de Justice League version the new 52 sera l’occasion d’avoir une première réponse. Nous découvrons donc comment s’est formée la Justice League, dans cet univers DC new look. Dès les premières pages, on plonge en pleine action. Batman poursuit un fuyard, tout en étant pourchassé lui-même par les forces de police. D’emblée, on devine que le rythme imposé par Geoff Johns sera mené tambour battant. Et on peut le comprendre, puisqu’en seulement six épisodes, il devra organiser la rencontre entre chacun des membres de la future Justice League, développer une intrigue et accessoirement régler le cas de Darkseid (dont on sait que ce n’est jamais une mince affaire). Le rythme est élevé, les évènements s’enchaînent sans temps mort. Cet album de Justice League est un vrai concentré d’action.

L’avantage avec ce type d’histoire, c’est qu’un dessinateur hyper stylé et dynamique comme le trop rare Jim Lee peut s’en donner à coeur joie. L’artiste coréen est en grande forme, et signe des planches diablement efficaces. Revoir Batman, Superman, Green Lantern, Flash, Aquaman et Wonder Woman prendre vie grâce au trait de Jim Lee est un vrai bonheur pour tout geek qui se respecte. Alors, il est vrai qu’on ne retrouve pas toujours la maestria d’un Batman : Silence ou d’un All-Star Batman & Robin. Pour autant, Jim Lee en impose : les femmes sont toujours aussi belles, les poses toujours aussi (super) héroïques, les couleurs sont flamboyantes et la composition ultra dynamique des planches finit d’immerger le lecteur. Espérons que l’artiste parvienne à tenir ses engagements (il est réputé pour ses retards) sur le long terme (il a déjà été remplacé sur certains épisodes).

Là où ça se corse, c’est au niveau du scénario. Il est classique et efficace, mais son rythme est trop rapide pour insérer tous les éléments que l’histoire contient. Johns se contente de raconter une succession de rencontres (parfois musclées, souvent clichées) avant d’expédier la menace Darkseid en trois épisodes. L’intrigue va trop vite, et n’est pas suffisamment fouillée. Partant du principe que les différents protagonistes bénéficient d’un traitement particulier dans leurs séries respectives, Johns ne s’attarde pas sur leur profondeur psychologique et se concentre uniquement sur l’action. C’est dommageable tant on sait que tous ces individus pourraient vraiment avoir du mal à travailler en équipe. Tout juste découvre t-on un Superman assez prétentieux (loin de la figure charismatique et symbolique d’antan, comment en est-il arrivé là ? Il faudra attendre Action Comics pour le savoir …). Le protégé de Geoff Johns, Green Lantern, s’avère parfois agaçant par ses répliques humoristiques (rôle auparavant dévolu à Flash). C’est finalement le plus solitaire d’entre eux qui soudera le collectif. On a droit ici à du vrai comic mainstream, qui se lit et s’admire vite. Le parti-pris est compréhensible, tant il fallait frapper vite et fort pour le lancement de la série. Reste à savoir ce que l’avenir nous réservera.

Au niveau du travail éditorial, Urban livre encore une fois un album efficace, tant dans la forme que dans le fond. En bonus, ce tome propose la galerie de couvertures (y compris les alternatives). En fin d’ouvrage, le lecteur pourra observer les études des différents personnages, tous relookés à l’occasion du redémarrage de l’univers DC.

Justice League tome 1 fait dans le pur divertissement et séduira à coup sûr les néophytes. Les autres apprécieront de retrouver l’équipe de super héros mise en valeur par le dessin de Jim Lee. Vivement la suite qu’on découvre ce que cette Ligue de Justice a vraiment dans le ventre.

3 réflexions sur “ Justice League : Aux origines ”

  1. OK, côté scénar, on n’est pas au niveau des grandes heures de Moore, Claremont ou Miller, mais ça dépote, et pour le coup je ne demande pas autre chose. Ce truc est l’équivalent d’un bon film d’action qu’on mate avec une pointe de culpabilité, mais avec un plaisir coupable (et assumé). L’équivalent d’un Michael BAY stéroïdé, pas mémorable pour le fond, mais une claque visuelle pour la forme (merci Mr LEE). Et ca marche! A croire que même si un ‘director’s cut’ sortait avec un scénario plus fouillé et une psychologie des personnages plus approfondie, je n’échangerais pas mon volume (même gratos). De plus, c’est un one-shot, ce qui ne gâte rien pour ceux qui voudront en rester là (comme moi, faut pas pousser: avec ce qui sort, le déficit budgétaire commence à ressembler à celui des athéniens). Bref, moi je recommande. Le risque de claquage cérébral est quasi-nul, mais qu’importe: je suis certain que c’est la première publication URBAN que je relirais. Pour sa qualité principale: le fun.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s