Le genre post-apocalyptique (2/2)

La fin du monde a été imaginée de multiples façons, mais de grands thèmes reviennent souvent. Les plus courants sont les suivants :

L’apocalypse nucléaire. Symbole indiquant un danger radioactif, l’un des dangers majeurs d’un monde détruit par l’arme nucléaire. L’humanité s’est autodétruite dans une guerre impliquant des armes de destruction massive. C’est l’apocalypse la plus classique : le genre post-apocalyptique est né pendant la guerre froide, où la peur d’une guerre totale qui détruirait la terre a engendré de nombreuses œuvres. On notera de cette époque La Planète des singes et ses suites, A Boy and His Dog, Malevil en France, Le Jour d’après (1983), etc. Après 1986, Tchernobyl relancera la crainte du nucléaire et la production du genre. Les références du genre restent le film Mad Max 2 et plus récemment la série des jeux Fallout. Aujourd’hui encore, des productions comme la série Jerichomontrent que la crainte de l’apocalypse nucléaire reste dans les esprits.

 
L’apocalypse « naturelle ». Dans ce type d’apocalypse, ce sont les éléments naturels qui sont responsables de la disparition de l’humanité : éruption de volcan (la saga Dragon Head), prédominance des océans (le film Waterworld), tsunami géant (le jeu de rôle Cendres), collision d’un astéroïde avec la terre (le manga 7 Seeds), etc… Ces catastrophes reflètent les cataclysmes réels et les craintes de notre époque.Certaines œuvres envisagent un changement climatique en conséquence directe de l’action de l’homme sur la nature. La glaciation était souvent utilisée dans les années 80, (la bande dessinée Le Transperceneige, les romans La Compagnie des glaces, la bande dessinée Neige), tandis qu’aujourd’hui les auteurs s’appuient aussi sur la crainte de la désertification (le jeu vidéo The Fall: Last Days of Gaia) ou celle d’une tempête mondiale et incontrôlée (le film Le Jour d’après (2004)).Certaines catastrophes naturelles possibles et peu connues (passage du système solaire dans un nuage de poussières qui atténuerait la lumière solaire nous parvenant, éruption solaire un peu plus forte que les autres qui « grillerait » l’intégralité des appareils électroniques de la planète) peuvent donner lieux à des effets comparables à ceux de l’apocalypse nucléaire classique (respectivement hiver non-nucléaire et IEM ici).

L’apocalypse biologique. Une pandémie, l’une des grandes peur de l’humanité, ressentie par beaucoup comme l’une des causes les plus probable d’apocalypse.Une des fins possibles de l’humanité serait l’apparition d’une pandémie qui décimerait l’espèce humaine en très peu de temps. Plus traitée en film catastrophe2 qu’en post-apocalyptique, on trouve cependant le livre de Richard Matheson publiée en 1954, Je suis une légende, où une bactérie infecte l’humanité tout entière et la transforme en créatures proches des vampires (sans doute l’un des premiers romans du genre). On notera également Le Fléau (roman) de Stephen King, ou plus récemment le film 28 Jours plus tardoù les hommes sont infectés par une maladie inconnue et se transforment en créatures enragées qui s’attaquent violemment aux individus « sains ».

 
L’apocalypse industrielle ou militaire. Certaines œuvres considèrent une catastrophe d’origine humaine autre que nucléaire. Cela peut être une catastrophe industrielle de grande ampleur (Tchernobyl, explosion de la lune dans La Compagnie des glaces), un désastre écologique massif (Le Troupeau aveugle de John Brunner), ou de façon globale une pollution telle que l’homme ne peut plus vivre sur la surface de la terre (WALL-E de Pixar); de façon plus rare, une guerre classique mais massive (Appleseed de Masamune Shirow).

 

L’apocalypse sociale. La chute de la société peut simplement être due à l’effondrement des liens sociaux, à une ruine économique massive, un épuisement des ressources naturelles qui amène une asphyxie de la société, ou à des affrontements interethniques ou religieux (Jeremiah, Simon du Fleuve ou Hombre). Sans doute une des apocalypse les moins violentes, les conflits sont partout mais à l’échelle de la ville : le peuple contre l’autorité, résurgence des comportements égoïstes, etc. Dans ces cas là, la société telle que nous la connaissons disparait peu à peu, en quelques années, sans nécessairement de guerre ou conflit majeur. Plus lente et moins spectaculaire, la fin de l’humanité peut également être due à l’impossibilité pour l’homme de se reproduire (Les Fils de l’Homme). Elle peut être due à un phénomène qui stérilise hommes et/ou femmes (Les hommes frénétiques, Polaris (jeu de rôle)) ou tout simplement à la mort de tous les représentants de l’un ou de l’autre sexe (le Dernier Combat, Y, le dernier homme). La population, qui ne cesse de vieillir, se laisse lentement gagner par le désespoir, et peut sombrer dans la violence pour un baroud d’honneur, ou au contraire devenir sage et passer ses dernières années à acquérir le bonheur qu’elle n’a pas réussi à atteindre du temps de son apogée, ce que suggère Alan Weisman dans Homo disparitus.

 L’apocalypse par singularité technologique. L’apocalypse par singularité technologique de Cylon dans Battlestar Galactica, des machines à forme humaine qui détruisent l’humanité, ou la création du programme Skynet dans Terminator 2 qui devient intelligent et déclenche un holocauste nucléaire, ou encore Matrix, film dans lequel l’humanité est prisonnière d’une réalité virtuelle et réduite en esclavage par des machines utilisant la chaleur produite par le corps humain comme énergie.

L’apocalypse zombie. Elle met en scène une meute de zombies assoiffés de sang. Le mal se transmet par morsure et se propage rapidement à l’ensemble de la population. L’invasion de zombies est parfois l’une des causes de la fin du monde, qu’elle soit provoquée par un virus, des mutations radioactives, ou tout simplement inexpliquée. Peu de films de zombies sont également post-apocalyptiques. Le sujet fait débat, du fait de la proximité des films de survival horror et des films de post-apocalypse, mais on conviendra que dans les œuvres concernées  l’invasion est globale (ou au moins à l’échelle d’un pays) et les survivants sont seuls, ou rencontrent des groupes autonomes (la police et l’armée ont disparu) En effet, la disparition de la société et donc de l’État est un prérequis à la situation de post-apocalypse. Par exemple, les deux premiers films Resident Evil ne sont pas post-apocalyptiques, parce que l’infection zombie ne concerne que la ville, et que le gouvernement et la police sont toujours en place (en dehors de la ville). Dans Resident Evil : Extinction, au contraire, l’humanité et la société ont intégralement disparu, faisant du film une œuvre post-apocalyptique. Les œuvres où l’action est très locale et qui ne donnent pas d’informations sur la situation globale (jeux Left 4 Dead ou Hordes) ne permettent pas de trancher sur le caractère post-apocalyptique. La classification reste donc à l’appréciation de chacun. Parmi les œuvres de zombies post-apocalyptiques, on notera 28 Jours plus tard, une partie des films de Romero, la bande dessinée The Walking Dead, ou le roman World War Z.

 

Autres types d’apocalypse. De façon beaucoup plus anecdotiques, certaines œuvres post-apocalyptiques décrivent des mondes ravagés par des extra-terrestres, machines ou puissances occultes (comme les Tripodes de la série de John Christopher), voire des dragons (Le règne du feu). Dans Ravage de Barjavel, la technologie cesse simplement de fonctionner, en un instant, sans raison. Il n’y a pas d’apocalypse à proprement parler, mais une humanité soudain revenue à l’age de pierre. Les villes sont devenues inhospitalières, la nourriture rare, amenant l’exacte configuration d’un roman post-apocalyptique.

Source : Wikipédia

Une réflexion sur “ Le genre post-apocalyptique (2/2) ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s