Geoff Johns présente Green Lantern Tome 2 : Les oubliés

Depuis son retour en tant que Green Lantern, Hal Jordan tente de renouer avec son entourage. Si certains héros, comme Green Arrow, apprécient de le retrouver, d’autres, comme Batman, restent méfiants vis à vis de cette forte tête. Une mauvaise réputation qui rattrape Green Lantern lorsque d’anciens membres du Corps, victimes de son coup de folie passé, font leur réapparition …

Geoff Johns présente Green Lantern T.2 : Les oubliés contient les épisodes U.S Green Lantern # 7-13 scénarisés par Geoff Johns et dessinés par Carlos Pacheco ( 7-8 ) Ethan Van Sciver (#9) et Ivan Reis (#10-13).

Après un premier tome paru en Mars 2012, voici donc la suite du run scénarisé par Geoff Johns. L’auteur avait repris le personnage de Green Lantern en lui redonnant un second souffle, à tel point qu’il en a fait un des piliers de l’univers DC Comics, au même titre qu’un Batman ou un Superman. Ces épisodes suivent directement ceux réédités dans le premier tome (sur sept prévus), même si un petit rappel sur ce qui s’est passé avant  s’impose. Il y a une bonne décennie, Hal Jordan devient fou suite à la destruction de sa ville, Coast City. Le carnage était l’oeuvre du cyborg Superman. Ivre de vengeance, Jordan en vient même à affronter le Corps, décimant ses rangs. Jordan sombra dans la folie jusqu’à être possédé par Parallax, l’entité de la peur. Finalement vaincu, il perdit la vie, pour ressusciter plus tard sous la plume de Geoff Johns, fan du personnage. Ce (très) court rappel des faits permet de mieux appréhender les épisodes présents au sommaire, puisqu’ils en sont une conséquence directe.

Comme dans le premier tome, Hal Jordan tente de renouer avec son entourage. La chose semble plus facile avec Oliver Queen, alias Green Arrow, son ami de toujours. Les deux hommes travaillent de concert dans les deux premiers épisodes pour affronter la descendance de Morgul. L’intrigue est basique et ne sert qu’à rappeler à tous la relation qui unit les deux Green héros. Carlos Pacheco oeuvre au dessin, et sans être transcendant, livre des planches efficaces. La suite sera plus intéressante visuellement avec l’arrivée d’Ethan Van Sciver. On arrive donc au troisième épisode mettant en scène Batman. Car oui, mesdames et messieurs, la couverture peut s’avérer trompeuse car le justicier de Gotham joue la guest-star dans un seul épisode. Episode qui montre à quel point le retour de Jordan aura pu laisser des traces … annonçant les épisodes suivants signés par le duo Johns / Reis.

Les trois derniers épisodes découlent directement des évènements qui se sont déroulés avant Green Lantern : Rebirth. Jordan entrevoit la possibilité de se racheter lorsqu’il apprend que les victimes qu’il a faites dans les rangs du Corps sont en réalité vivantes. Il ne rate donc pas l’occasion d’agir sans l’accord des Gardiens, en compagnie d’une autre forte tête, Guy Gardner. Il lui faudra affronter celui qui est à l’origine de son coup de folie passé : le Cyborg Superman ! Et lorsqu’il parvient à sortir ses anciens partenaires de l’état de stase dans lequel ils se trouvaient, les retrouvailles qui ont lieu sur le champs de bataille sont franchement mouvementées. Au dessin, Ivan Reis régale, et si vous hésitiez à tenter l’aventure Aquaman, rappelez vous que c’est le même duo qui est responsable de cette série.

Encore une fois, Green Lantern fait plaisir avec un album parfaitement calibré. Le héros y acquiert définitivement ses lettres de noblesse, sous la plume d’un auteur qui lui, accède au rang de superstar, pour devenir aujourd’hui l’architecte principal de l’univers DC. Et dire qu’il nous reste encore cinq tomes pour (re)découvrir le long run de Geoff Johns sur la série ! Du côté des bonus, Urban rend une copie propre, même si le perfectionniste que je suis (occasionnellement) attend toujours de cette collection DC Signature une analyse en profondeur du style d’écriture. Je chipote, mais je trouve que ça manque. Ceci dit, nous avons droit à une introduction de bonne et due forme, ainsi qu’à des couvertures alternatives.

La collection DC Signature dédiée au travail de Geoff Johns sur la série Green Lantern s’avère un choix judicieux, pour qui voudrait découvrir un auteur en phase avec l’univers qu’il décrit (Johns est vraiment fan de Hal Jordan), et pour qui voudrait découvrir le personnage de Green Lantern.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s