Fantastic Four : Quatre

Les Fantastiques en faillite ! L’humour, la détermination et les liens qui les unissent les ont souvent sauvé des situations les plus complexes, mais suffiront-ils pour les sortir de la crise ? Après avoir terrassé les plus redoutables ennemis, les Fantastiques vont-ils capituler devant une nouvelle et terrible épreuve : le lot commun des mortels ?

Fantastic Four : Four contient les épisodes U.S Marvel Knights : Four #1-7 (publiés en 2004) scénarisés par Roberto Aguirre-Sacasa et dessinés par Steve Mc Niven.

L’art et la manière de faire régner la discipline en classe

J’avoue ne pas être un grand admirateur des 4 Fantastiques, et donc un grand connaisseur de leur univers (j’en connais les grandes lignes). Ceci étant, ponctuellement, lire les aventures de la famille superhéroïque la plus célèbre du monde ne me déplaît pas. Et quand l’occasion fait le larron, je n’hésite pas à me procurer des albums les concernant. J’ai récemment fait deux acquisitions, et je profite de cet article pour vous donner mon impression sur la première lecture : Fantastic Four : 4 du duo Aguirre-Sacasa / Mc Niven.

Entretien d’embauche, version Ben Grimm

Les 4 Fantastiques vivent un drame, puisqu’on leur apprend qu’ils se sont fait spolier et qu’il sont donc ruinés. L’équipe familiale va devoir affronter un ennemi impitoyable :le chômage. L’intérêt de cette lecture est de se faire sur deux niveaux. en premier lieu, l’auteur remet les 4 Fantastiques au niveau du citoyen lambda. Ce faisant, le scénario s’inscrit pleinement dans la veine réaliste qui définit les comics comme un révélateur social. Malgré leur nom d’équipe pimpant, ils sont avant tout des citoyens comme les autres. Une famille comme les autres. On a le rebelle, la grande gueule, le cerveau et le ciment. Cela est une évidence pour les aventures cosmiques, mais prend un tout autre relief (plus intéressant) lors des séquences intimistes. Si le risque de verser dans le sentimentalisme est grand, l’un des atouts de cet album est d’éviter la plupart du temps les clichés dégoulinants et mièvres, même si certains codes sont strictement respectés : la mère de famille est la première à prendre la mesure de la situation et à réagir, le père croule sous les doutes et théorise, le fils (ici frère) rebelle découvre la dure loi du travail.

Rien de tel que des aliens pour ressouder une famille !

L’autre degré de lecture concerne le contexte social qui s’est établi dans les années 2000. L’histoire prend une autre dimension aujourd’hui. toujours d’actualité, pour ne pas dire renforcée par la crise économique qui impacte tout le monde. Les préoccupations sécuritaires et les dérives qui risquent d’en résulter ont été exploitées (brillamment) dans un cross-over comme Civil War. En revanche, ce qui a émergé ces dernières années, ce sont les préoccupations économico-sociales (du moins avec plus d’ampleur) : le chômage, le pouvoir d’achat, la solidarité. Relire cette histoire aujourd’hui permet de se rendre compte à quel point le sujet d’alors était déjà foutrement d’actualité, même s’il ne fait que le survoler. Les 4 Fantastiques tombent dans la précarité ? C’est un risque que chacun d’entre nous est susceptible de vivre. Les dessins de Steve Mc Niven agrémentent la lecture. C’est toujours aussi fin, clair,aéré. J’apprécie son style qui tranche avec ceux qui recherchent les effets excessifs, les explosions de cases.

Fantastic Four : Four est un album que j’ai apprécié, qui renvoie à une réalité pas forcément reluisante, et qui met temporairement les héros à hauteur d’homme. Ce n’est typiquement pas le genre de sujet qui permet de s’évader du quotidien, mais c’est bien raconté. Et bien dessiné. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s