Superman : Les origines

Superman : Les originesClark Kent est un apprenti journaliste parcourant le monde. En visite sur le continent africain, il se lie d’amitié avec des résistants et y apprend une douloureuse leçon quant aux voleurs de vérité et de justice. Revenu aux Etats-Unis, il décide d’embrasser son héritage extraterrestre et de défendre les plus faibles sous le costume de Superman. Son opposition à l’homme d’affaires Lex Luthor va lui révéler les secrets de ses origines, mais également mettre en jeu la confiance des habitants de Metropolis.

Superman : Les origines contient les épisodes U.S Superman : Birthright #1-12 et Superman/Batman secret files et The brave and the bold #16, scénarisés par Mark Waid et dessinés par Leinil Yu.

tumblr_mhnw3fhdPw1rxhou7o1_1280

Régulièrement, les super héros ont droit à une nouvelle version de leurs origines. Le fait de revisiter ces dernières tient autant de la volonté de moderniser un personnage (voire de le réécrire totalement) que d’effectuer une simple piqûre de rappel, ou encore de permettre à des néophytes de rattraper leur retard. L’album chroniqué ici concerne donc Superman, qui s’offre un vrai grand retour au premier plan en librairie chez Urban, avant d’exploser le box office avec la sortie du film en Juin. En attendant, il va s’occuper de trouver sa voie, découvrir que l’abus de kryptonite nuit à sa santé, gagner la confiance de la population et causer justice avec Lex Luthor. Tout un programme.

superman_birthright

Vous l’aurez compris, il s’en passe des choses dans cet imposant album de la collection DC Essentiels. Du classique certes, du déjà lu pour ne pas dire rabâché … sauf que celui qui écrit, c’est Mark Waid (Kingdom Come). D’emblée, le scénariste marque sa différence en politisant le contexte dans lequel évolue Clark Kent. Il en fait un journaliste free lance qui parcourt le monde pour rédiger ses articles. Les sujets qu’il traite sont politiques, et il couvre des luttes sur lesquelles la communauté internationale ferme les yeux. On commence à comprendre pourquoi il rédigera plus tard des articles à fond social pour le Daily Planet. Autre originalité, c’est en Afrique qu’il va définitivement forger sa conception de la justice, déjà bien enseignée par ses parents adoptifs. Il n’est pas encore Superman, mais décide d’agir dans le conflit (on appréciera la séquence où ce grand gaillard demande à sa mère de ne pas dire à son père qu’il a été vu par de nombreux témoins).

SupermanBirthrightCVR4

Puis c’est l’heure du retour à Metropolis. Le temps de se choisir un symbole, un costume identifiable entre tous et l’homme d’acier multiplie les actes héroïques en protégeant les citoyens. Ce qui n’est pas du goût d’un certain Lex Luthor, qui a une dent contre le kryptonien. Les origines de la némésis de Superman font également l’objet d’un chapitre, pas forcément subtil mais toujours intéressant. Luthor jouera sur la peur de l’autre pour tenter de retourner l’opinion favorable mais fragile dont bénéficie Superman. Il est intéressant tout au long de cet album de voir à quel point Waid a voulu réinsérer le super héros dans un monde plus contemporain, mais aussi plus réel. L’aspect politique est très présent au début du récit, et rappelle ce qu’a tenté de faire plus tard Grant Morrison au tout début de la série Action Comics version New52, avec plus de fulgurance mais moins d’endurance.

af7fcaffb1fdad6db9c2c75a502bda97

C’est Leinil Yu qui assure le côté graphique. On admire là encore son travail basé sur un trait fin et subtil, et un cadrage dynamique. Même si on peut parfois reprocher un minimalisme récurrent dans les arrières plans, pour ne pas parler de dépouillement total. Cette absence renforce habituellement les sentiments que veulent dégager les personnages en poussant le lecteur à ne se focaliser que sur eux. Mais Yu utilise également ce procédé dans des séquences qui n’en ont pas forcément besoin. Si les planches sont à la hauteur du récit, j’ai préféré le travail qu’il a effectué sur Superior (chroniquée ici et ). Il fallait que je chipote un peu … D’un point de vue éditorial, Urban livre encore une fois un bel objet avec des bonus intéressants comme cet article instructif sur comment réécrire l’homme d’acier, ou cet épisode de Superman/Batman Secret Files datant de  2003, dans lequel l’homme d’acier fricote avec Catwoman. Anecdotique mais inattendu.

Superman : Les origines s’avère être un bon point d’entrée pour qui voudrait découvrir Superman. derrière cette couverture (dont même ma femme, spécialiste ès comics vous vous en doutez, a dit qu’elle était belle), se cache une histoire certes racontée plusieurs fois, mais bien dessinée et avec ce zeste de nouveauté qui en fait un vrai plaisir de lecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s