Les chronolithes, de Robert Charles Wilson

wilson_chronolithesScott Warden était là à Chumphon, Thaïlande, quand le premier chronolithe est apparu : un obélisque de plus de cent mètres de haut, d’un bleu impossible, gelant un paysage de jungle dévasté ; un monument commémorant une victoire, celle du seigneur de la guerre Kuin, victoire qui n’aura lieu que dans vingt ans et trois mois. Mais qui est Kuin ? Un tyran, le sauveur d’une humanité à la dérive, un extraterrestre aux traits indubitablement asiatiques, un futur dirigeant chinois, une rumeur qui, grâce à la turbulence Tau, deviendra réalité ? Et que sont réellement ces chronolithes qui ravagent le monde ? C’est à toutes ces questions que Scott et son ancien professeur de physique, Sulamith Chopra, devront répondre, non sans avoir à parcourir le globe, de Chumphon à Jérusalem, du Mexique au Wyoming.

Robert Charles Wilson semble faire partie de ces auteurs qui, s’ils utilisent le même schéma, parviennent malgré tout à surprendre et captiver. Si je n’ai lu que deux livres de cet auteur (en attendant Darwinia, Spin et Axis), j’ai évidemment remarqué que l’auteur aime l’intrusion de l’extraordinaire dans l’ordinaire et inversement. Comme si chacun cherchait sa place chez l’autre. Surtout, il rend crédibles ses histoires, notamment grâce à une écriture réaliste de ses personnages. L’auteur semble avoir tout compris du comportement humain. Il en résulte une immersion totale du lecteur, dans un univers à la fois connu et autre. Dans le cas présent, nous avons affaire à l’apparition de mystérieux et gigantesques chronolithes aux quatre coins du monde. Ces monuments sont érigés à la gloire de Kuin futur et victorieux conquérant d’origine thaïlandaise. Leur origine est un mystère, tout juste  savons-nous qu’ils viennent a fortiori du futur. Au fil des ans, le monde se divise alors en deux parties bien distinctes : ceux qui vouent un culte à Kuin, et ceux qui le craignent. Science et foi se percutent tout au long du récit (une constante chez l’auteur ?). Mais qui est Kuin ? Que veut-il ? Le saura t-on jamais ?

C’est dans ce contexte qu’on suit Scott Warden. L’homme assiste à l’apparition du premier chronolithe au moment où sa vie privée prend également un tournant. Il se sépare d’avec son épouse et s’éloigne de  sa fille. Ces deux évènements ne sont que le prélude à une vie où les chronolithes marqueront les étapes de l’évolution de Scott Warden, simple individu auquel le destin de la Terre semble intimement lié. C’est ce dont est persuadée son ancienne professeur de physique, Sulamith Chopra. Les deux personnages s’associent pour effectuer des recherches sur les monuments, et tenter de les comprendre.  Au delà de cette fascinante quête de la vérité, c’est le parcours humain du personnage principal qui évolue au fil des ans, tout comme sa relation avec son ex femme et sa fille. Les personnages sont très bien écrits et on brûle de savoir ce qu’ils deviendront autant que de lever le voile sur le mystère que représente l’avènement annoncé de Kuin.

Une belle histoire humaine sur fond de science-fiction, voilà ce que nous offre les chronolithes. Un roman encore une fois captivant, dont la fin nous donne envie d’en lire plus. Robert Charles Wilson s’y impose comme l’écrivain de S.F moderne, mélangeant les genres pour en tirer le meilleur, puis livrer un ensemble cohérent. Les chronolithes s’avère un roman fascinant, révélateur d’un talent d’écrivain qui depuis s’est imposé comme une figure incontournable du genre.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s