Blackest Night T.1 : Debout les morts

Blackest NightSuite à son suicide, le super criminel Black Hand devient l’agent d’une mystérieuse entité, et ressuscite à ses côtés une légion de super héros décédés. Le Corps des Green Lantern et la Ligue de Justice pourront-ils repousser cette invasion de zombies surpuissants ?

Blackest Night T.1 : Debout les morts contient les épisodes U.S Blackest Night #0-4, Blackest Night : Tales of the Corps #2 et Green Lantern #43-47 scénarisés par Geoff Johns et dessinés par Doug Mahnke, Ivan Reis et Gene Ha.

black hand

C’est peu de dire que j’attendais de découvrir ce cross-over avec impatience.J’en avais juste découvert le prologue puis quelques passages de sa suite, Brightest Day. Le pitch met le corps des Green Lantern et la Justice League aux prises avec une armée de zombies, dont certains sont des anciens compagnons d’arme tombés au combat. Le conflit est violent, et les compagnons tombés viennent grossir les rangs de l’ennemi. En un mot comme en sang : mortel !

D’entrée Geoff Johns pose le décor. On découvre les origines de Black Hand, de son enfance à … son suicide ! En quelques planches, l’ambiance glauque et sombre prend le lecteur à la gorge pour ne plus le lâcher. La suite oscille entre morts et retours zombiesques à foison. On retrouve alors des personnages comme Extansiman, Martian Manhunter ou Aquaman. Geoff Johns accumule les séquences spectaculaires et épiques au fil des épisodes, et enchaîne entre révélations et rebondissements. C’est mené sur un rythme tambour battant. On suit divers groupes de personnages agissant dans des lieux différents sans jamais s’y perdre. Ainsi on assiste aux péripéties du tandem Flash/Green Lantern, celles des Star Sapphire ou encore du Corps de Sinestro sans la moindre confusion. Je n’en dévoilerai pas plus sur les évènements relatés dans ce premier tome, si ce n’est que certaines séquences sont à couper le souffle (je pense encore à Hawkman et Hawkgirl, ou au cliffhanger).

bn2

D’un point de vue graphique, on retrouve des habitués de Green Lantern et du scénariste, comme Ivan Reis et Doug Mahnke. Les artistes donnent dans le grand spectacle et ça fonctionne à plein régime. Si les planches peuvent ponctuellement être bancales (l’introduction de Carol Ferris), force est de constater que les dessinateurs en mettent plein la vue, en jouant à fond la carte du divertissement avec des artifices bien connus mais diablement efficaces, comme la pleine page (voire double page) qui conclut chaque épisode. Et les néophytes me direz-vous ? parce qu’avec tous ces personnages qui s’en vont et qui reviennent, comment peuvent-ils s’y retrouver ? Urban a pensé à tout, avec des notes explicatives sur les protagonistes qui réapparaissent au cours de Blackest Night. On retrouve d’ailleurs les pensées de William Hand relatées dans le Livre Noir, ainsi que des commentaires des membres de l’équipe créative en fin d’album.

Blackest Night est un évènement à ne pas manquer pour les amateurs de cross-over pêchus, denses et cosmiques. Du pur blockbuster fait comics. Vivement le second tome (prévu le 12 Avril) et la suite Brightest Day (à partir de Juin) !

2 réflexions sur “ Blackest Night T.1 : Debout les morts ”

  1. Je ne lis pas du tt GL le perso et son univers galactique ne m attire pas du tout! Mais parce qu il y un mais… J ai feuilletter qque pages de ce BN et j avoue avoir trouve ca tres sympa. J ai hesite et ne l ai pas pris car pas de moyens illimites malheuresement… Est difficile a comprendre si on ne suis pas du tout GL?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s