Aaah, quand j’étais jeune … (2/3)

Voici la deuxième partie consacrée aux lectures de ma jeunesse. Point de super héros pour le coup (non, je ne suis pas malade). Il fut un temps où, lorsqu’on devait effectuer de longs trajets, que ce soit en voiture, en train ou en deltaplane, les parents avaient la chance de pouvoir acquérir des bandes dessinées en petit format pour calmer ces monstres agités et bruyants qu’on appelle enfants (même si moi, j’étais calme et silencieux, et c’est vrai en plus, non mais euh …). Des éditions Lug qu’on retrouvait partout, qui ont fait le bonheur de nombreux enfants (et parents), même si peu pratiques pour les voyages en deltaplane quand on y repense. Bref, ces formats en noir et blanc étaient ce qui se rapprochaient le plus des Pulps en France. Un léger vent d’Ouest américain soufflait sur nous au fil des pages. Ou plutôt transalpin car nombre des créations qui abondaient alors venait d’Italie. On pouvait y lire du western, du magicien, encore du western, de l’aventure, toujours du western …

Kiwi était donc un petit format qui a été publié de Décembre 1955 à Novembre 2003, soit 582 numéros. Sa longévité exceptionnelle lui donne une côte élevée auprès des collectionneurs. On y lisait essentiellement les aventures de Blek le roc, Jean Cézard, Lone Wolf puis Mirko le petit duc. Blek était un trappeur américain d’origine bretonne qui luttait pendant la guerre d’indépendance. Il est né de l’imagination d’un trio d’italiens, et ses aventures furent publiées en noir et blanc. Il eut droit à une réédition en couleurs avec notamment la revue Blek, 68 pages et passages remaniés par la censure. Une fois ses histoires originales épuisées, il bénéficia d’une suite avec entre autres Jean-Yves Mitton aux manettes.278grd

Encore et toujours chez Lug, la revue Yuma est parue de Novembre 1962 à Décembre 1993. La revue était un incontournable à l’époque, avec au sommaire la présence de la série Zagor. Héros issu de l’imagination italienne, Il se trouvait au croisement entre superhéros et western. Il était accompagné de son partenaire mexicain Chico (bonjour la finesse !) et arborait un Marcel à col en V rouge et un symbole sur la poitrine. Son look était immédiatement identifiable, et je ne doute pas que le revoir en images fera ressurgir de nombreux souvenirs …

398grdOn continue dans le western avec Rodeo (logique) qui connut une longévité étonnante avec pas moins de 628 numéros, de Septembre 1951 à Décembre 2003. Il s’agissait là encore d’un petit format, publié à un rythme mensuel, bien qu’à ses débuts la revue était un grand format (avec la série Miki le ranger). Le changement intervint au n°53, avec l’arrivée au sommaire d’une autre création italienne, Tex Willer. Le western spaghetti avait décuplé l’imagination des auteurs transalpins !🙂

La liste s’allonge avec encore du western, dans la revue Nevada. Sa parution commence en Octobre 1958 avant de s’achever en Septembre 1988. Sa spécificité tenait dans son format, encore plus petit que les autres revues du catalogue. L’autre caractéristique était le parti pris de l’éditeur, 454grdqui proposait trois à quatre cases par page, pour une pagination équivalente aux autres périodiques. Le lecteur ne se rendait pas compte qu’il lisait moins pour le même prix ! Quand on est petit, ce genre de considération n’est absolument pas prise en compte … heureusement ! D’un point de vue purement artistique, la revue abritait des séries comme Miki le ranger (peu plébiscité, qui disparaîtra même des couvertures), John le trappeur, Apollon ou Tamar. Dans le genre, le lecteur nostalgique se rappellera des revues Ombrax (avec les séries Ombrax puis Martin Mystère) ou encore Captain Swing !.

369grd

Mais il n’y avait pas que le western dans la vie, il y avait aussi les hommes de la jungle ! Le plus célèbre d’entre eux (après Tarzan of course) était sans conteste Zembla (tiens vieil ami lecteur, un kleenex pour toi …). La revue démarre en Juillet 1963 et perdure jusqu’en Décembre 1994. Zembla fut l’un des plus gros succès de Lug dans les années 80. La revue fut accompagnée d’un périodique dérivé, Special Zembla (avec des rééditions des aventures de l’homme de la jungle). Kiwi et Rodeo avaient Akim147_11122008_111019également eu droit à ce traitement de faveur. Dans le même registre, toujours chez les italiens et toujours dans le genre sauvage, on peut citer Akim. Le périodique est le recordman des publications avec 756 numéros soit trente années de parutions bimensuelles, s’étalant de Septembre 1958 à Février 1991 ! Il s’agissait là encore d’un clône de Tarzan, le premier du genre, puisque Zembla est né pour le concurrencer. Nombre des ces revues disparurent en Décembre 2003, après le rachat de Lug par Sémic.

mandrake-le-magicien-comics-volume-6-simple-13612

Je ne pouvais terminer ce petit tour d’horizon sans parler d’un personnage bien différent de ceux dont je vous ai parlé jusqu’ici : Mandrake le magicien ! Ancêtre de Docteur Strange, Mandrake était une création de Lee Falk et Phil Davis datant de 1934. Il eut les honneurs de la publication dans différentes revues, comme Mon journal, Le journal de Mickey ou même France Soir (c’est là que je l’ai découvert). Mandrake était au départ doté de pouvoirs illimités, vite réduits par ses auteurs à de l’hypnose et un zeste de télépathie. Il était vêtu du costume de magicien de music hall, avec baguette, costume, cape et chapeau haut de forme (sans oublier la petite moustache qui va bien). Accompagné de son fidèle compagnon Lothar, valet africain mais roi de sa tribu, et de sa princesse chérie Narda, il affrontait des adversaires improbables, comme des mutants, des extraterrestres, le plus redoutables d’entre eux étant Le Cobra.

Rhalala … Que de souvenirs … Une époque où on ne passait pas devant un kiosque sans croiser la couverture de ces périodiques. Un rêve pour les enfants férus d’aventures, que les parents (du moins les miens) acceptaient mieux car plus « classiques » que celles des superhéros, qui eux débarquaient à peine, et, qui plus est, étaient moches et débiles (on applaudit des deux mains les préjugés de ceux qui ne les lisaient pas !)😉

4 réflexions sur “ Aaah, quand j’étais jeune … (2/3) ”

  1. et bien, je n’ai jamais croisé ces bd en librairie, c’est bien dommage. Je l’ai connais mieux par ton article, et j’ai un vague souvenir d’un reportage sur les éditions LUG et de la bd Rodeo et Nevada ^^

    1. Loin de les collectionner, j’avoue que j’en possédais quelques uns quand même, vu que je me réfugiais beaucoup dans les bandes dessinées. Yuma (avec Zagor), Zembla et Blek avaient la côte, et je ne ratais pas l’occasion d’en lire les aventures entre deux Strange😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s