Les chroniques de l’armageddon : Journal d’un survivant face aux zombies, de J.L Bourne

9782362700149« Mes chers concitoyens, il n’existe plus aujourd’hui de gouvernement cohérent aux Etats-Unis d’Amérique, ni dans aucun pays sur Terre. nous avons donné pour dernières consignes aux structures étatiques survivantes de fonctionner de manière autonome. Nous sommes maintenant seuls. Puisse Dieu nous venir en aide. » Vous tenez entre les mains le journal de l’un des derniers rescapés de l’apocalypse zombie. Que ces quelques notes vous viennent en aide si vous avez le malheur de faire partie des survivants …

La couverture ne laisse planer aucun doute sur le contenu du livre. Un homme tente de survivre dans un monde post apocalyptique, réduit en cendres suite à une invasion de zombies. J.L Bourne organise son roman comme un journal intime, relatant chronologiquement à la première personne les évènements qui suivent la fin du monde. L’homme se terre, organise sa survie matérielle avant de se rendre compte que rester enfermé fait peser sur le long terme une lourde menace. C’est l’heure de sortir de son abri précaire et d’affronter le monde en ruines. Et les zombies qui vont avec. Si dans le fond, le roman ne réserve guère de surprise pour qui a déjà côtoyé la mort qui marche, la forme lui confère une identité particulière.

Le personnage principal (qui n’a pas de nom car il pourrait être vous) rédige donc un journal de bord, où il couche ses pensées et son plan d’action pour survivre. Le lecteur découvre à travers son regard un monde ravagé, où les structures politiques, économiques et militaires se sont effondrées, où l’homme n’a plus sa place. La description d’une société dévastée est une méthode bien rôdée, des films de Roméro à la série Walking Dead, en passant par les nombreux romans qui ont surfé sur le succès du genre au cinéma et à la télévision. Si c’est sans surprise, ça reste toujours efficace pour peu que l’auteur sache s’y prendre. C’est là que J.L Bourne réussit son livre. Son style direct, sans concessions sied bien à sa façon de raconter l’histoire. Certains chapitres sont très courts, d’autres bien plus longs (et mouvementés). Cette alternance fait que le lecteur dévore les pages aussi sûrement qu’un mort vivant se jetant sur de la viande bien fraîche. Les pages vont jusqu’à présenter des tâches de café ou de sang, des plans manuscrits et des photographies, pour crédibiliser l’écrit. Et ça fonctionne. L’évolution psychologique du narrateur captive tout autant que ses techniques de survie en milieu hostile (l’homme est un ancien marine). L’auteur étant lui même lieutenant dans l’armée américaine, cela explique la documentation et la crédibilité du plan d’action établi par le personnage principal. En ce sens, on pourrait rapprocher ce livre du Guide de survie en territoire zombie de Max Brooks.

Journal d’un survivant face aux zombies est un roman porté par le ton qu’il emploie, au service d’une histoire qui fait toujours son petit effet. J’ai dévoré ce vrai page turner, et la faim m’a naturellement amené à m’attaquer à la suite😉 A suivre …

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s