Les dossiers de Hellblazer : Pandemonium

Quand John Constantine croise le regard envoûtant d’Aseera, il ignore encore que cette rencontre le mènera de ses chères rues de Londres aux terribles champs de batailles iraquiens. Alors qu’une bombe explose au British Museum, les services secrets de sa Majesté font appel à ses talents pour interroger un de leurs suspects, peu enclin à coopérer… Un homme dangereux et impénétrable, qui tour à tour plonge ses interrogateurs dans une souffrance psychologique proche de la démence. John Constantine subira-t-il le même sort ?

Les dossiers de Hellblazer T.2 contient les épisodes de la mini série Hellblazer : Pandemonium scénarisés par Jalie Delano et dessinés par Jock, et Hellblazer #181 scénarisé par Mike Carey et dessiné par Jock.

Puisqu’il vous sera difficile de passer à côté de Jock en cette période automnale, autant y aller de mon petit article. en effet l’artiste est au cœur de certaines publications, dont les rééditions de Green Arrow : Year One et Losers avec son compère scénariste Andy Diggle. Dans le cas présent, il s’agit du second tome des dossiers de Hellblazer, collection que l’éditeur Urban a lancé faute de proposer une réédition en intégrale. Ici, point de Diggle à l’écriture mais Jamie Delano, auteur emblématique de la série Hellblazer, qui retrouve John Constantine pour fêter ses vingt cinq ans d’enquêtes.

Delano emmène Constantine en Irak dans le sillage d’une espionne britannique, avant tout régionale de l’étape. L’intrigue est classique pour qui connaît l’univers d’Hellblazer. Tous les éléments sont là : démons, discours anticonformiste prêché par un détective exorciste loin des canons établis par le Vatican. Constantine est un sacré détective, doublé d’une sacrée ordure. Ce genre d’anti héros comme on les aime (ou pas). Il faut dire que je n’ai pas été véritablement transporté par le récit de Delano. Non pas qu’il soit inintéressant, mais il est moins immersif que dans le premier tome. Le choix de placer son intrigue en Irak, avec en toile de fond les agissements des services secrets britanniques place l’enquête au croisement entre l’ésotérique et l’espionnage. Le mélange ne prend pas complètement. L’histoire est prétexte à critiquer le conflit armé irakien, en pointant du doigt les exactions, l’enfumage général etc … Le paranormal passe au second plan, et il faudra attendre la dernière partie de l’intrigue pour retrouver l’univers de Hellblazer. L’épisode bonus, en revanche, verse dans le thriller fantastique à fond, et, s’il ne réserve aucune surprise, s’avère suffisamment haletant pour se lire avec un réel plaisir.

La partie graphique est assurée tout du long par Jock. Son style direct, sombre et torturé correspond à un personnage comme Constantine. Ses planches sont très découpées, et la lecture en pâtit parfois un tout petit peu. On appréciera là encore le jeu chromatique auquel l’artiste se livre pour dépeindre les séquences. Jock verse presque dans le monochrome, illustrant les séquences désertiques, nocturnes ou infernales. Même s’il semble moins en forme que sur un Sombre Reflet (T.1 et 2 disponibles chez Urban) par exemple, son travail demeure de qualité, et rappelle combien il fait partie des dessinateurs qui ne laissent pas indifférent, de par leur style non académique dans un média (le comic book) parfois stéréotypé. En ce sens, on peut le rapprocher d’un Sean Murphy (qui a dessiné le premier tome des Dossiers de Hellblazer tiens …).

Si ce second tome des aventures de Constantine chez Urban n’est pas un chef d’œuvre du genre, il n’en reste pas moins une occasion de rencontrer le personnage de John Constantine, atypique, dans un one shot, et un dessinateur que l’éditeur place actuellement  (à juste titre) sous les feux des projecteurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s