Vampirella T.1

VAMPIRELLA 1Vampirella est de retour et elle représente le dernier rempart qui nous protège des vampires. Dans un tourbillon d’intrigues et de violence, elle explore des horizons inconnus à la poursuite de son ennemi, Vlad Dracula. Mais une menace plus terrible que les créatures de la nuit guette … et même Dracula a des raisons de la redouter !

Vampirella : Couronne de vers contient les épisodes U.S de la série Vampirella #1-7 scénarisés par Eric Trautmann et dessinés par Wagner Reis et Fabiano Neves.

Autant que ce soit écrit d’emblée. Si quelqu’un se décide à lire Vampirella, ce n’est pas pour la qualité époustouflante du scénario, mais plutôt pour celle de la plastique de l’héroïne. Je n’ai jamais eu l’occasion de plonger dans les aventures de la survivante de Drakulon, si ce n’est en parcourant quelques planches extraites de la période apparemment bénie des dieux pendant laquelle José Gonzalez oeuvrait. Bref, pour étoffer mon cycle consacré aux horror comics, je me suis procuré les deux tomes de la dernière série régulière consacrée à Vampirella, publiés tous deux chez Panini.

Vampirella est un personnage méconnu chez nous, la faute a une parution irrégulière quant elle n’est carrément pas inexistante. Pour autant, tout amateur de beauté quel qu’il soit connaît l’héroïne, dont le physique ne laisse pas de marbre, magnifié par des peintures de Frank Frazetta, José Gonzalez ou Alex Ross. Créée à la grande époque chez Warren Publishing, elle a malgré tout franchit les décennies (un minimum pour une vampire) en passant par Harris Publications puis par Dynamite Entertainment. C’est ce dernier éditeur qui est en charge de la nouvelle série publiée depuis 2010 (2012 chez nous).

Bon, et bien c’est bien joli tout çà, mais l’album vaut quoi ? Et bien si j’ai tant traîné sur la présentation de ce tome, c’est qu’il y  presque autant de chose à dire sur lui qu’il y a de tissu sur le corps de Vampirella. Le scénario n’est évidemment pas l’atout majeur de la série. Il demeure surprenant en transformant Vampirella en une sorte de Buffy tueuse de vampires, le pire étant que seule la peau du visage est désormais admirée … Bon, on retrouve avec grand plaisir l’ancien costume (le seul, le vrai, l’unique !) au détour de quelques planches et des couvertures bonus (superbes). L’intrigue démarre lentement et se révèle sans surprise. Pas de quoi se relever la nuit donc, même s’il n’y a pas lieu de crier au scandale. Je m’y attendais. Au niveau artistique, el travail est inégal. Si certaines planches sont très réussies, l’impression générale est gâchée par un découpage non maitrisé, voire fouillis, rendant la lecture de certains passages confuse.

Vampirella : Couronne de vers ne rentrera pas dans la légende des comics, loin de là, mais procure l’occasion de redécouvrir une héroïne qui aura nourri les fantasmes de générations de lecteurs. Voici la principale raison qui justifie cet achat. Non, je n’ai pas honte !😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s