Sympathies for the devil, de Thomas Day

Sous vos yeux, six mondes vont prendre fin : le nôtre bien sûr, déserté par l’humanité, rendu aux hommes-arbres et aux loups; celui des douze dragons renversés, étouffés par l’information continue; celui des nomades mongols condamnés à la sédentarisation; Amsterdam sous les eaux, hanté par le plus étrange des tueurs en série; la Terre brûlée de Loki, grand farceur et agent provocateur un brin excessif. Six mondes vont prendre fin et tous ne renaîtront pas.

Voici l’exemple type de la découverte d’un auteur sur la simple foi de son titre (et du quart de couv’ intrigant). Sympathies for the devil est un recueil de nouvelles de science-fiction écrit par Thomas Day. Au nombre de six, comme autant de mondes au crépuscule de leur existence, elles offrent une entrée en matière intéressante pour ceux qui, comme moi, n’avait encore rien lu de l’auteur. Le livre démarre avec la nouvelle intitulée Une forêt de cendres, suivie de L’heure des loups. Dans un futur moyenâgeux, la première suit les traces du duc Paul of Perth, seigneur violent et pourrissant, qui se rend à la ville pour se voir confier une mission par la reine elle même. Une première nouvelle sans réel intérêt, qui précède L’heure des loups, décriée par certains par son manque de dynamisme et de maîtrise (les points forts de l’auteur, mais à ce niveau de lecture là, je ne le savais pas encore), mais non dépourvue de charme. On suit deux petites filles désormais seules, abandonnées dans une vieille maison quelque part dans les bois. Poétique et cruelle, cette histoire se veut un conte sur la fin d’un âge, celui de l’homme et le retour à la nature.

Puis vient L’erreur. Au regard de ce que je lirai par la suite, cette nouvelle se veut un condensé des influences de l’auteur, très cinématographiques et musicales. Day nous entraîne dans les pas de Darrell Jhune devenu William Lee, ersatz bien peu reluisant du Prince qu’il était avant, par la grâce d’une nouvelle drogue. Dans ce monde Prince ne veut pas dire noble, il désigne juste un grade dans la hiérarchie du crime établie par l’omnipotent Big Mama, croisement entre le célèbre Jabba le Hutt et le Caïd (ennemi juré de Daredevil). L’auteur signe une critique acerbe du tout informatif, et de la surenchère que le système entraîne. Le premier coup de poing du recueil. Le second ne tarde pas, puisqu’il s’agit de La mécanique des profondeurs. Day décrit sa vision désespérée d’Amsterdam submergée par les eaux, cité dans laquelle se côtoient humains et mutants. Le lecteur suit l’une d’entre eux, Nausicaä surnommée Ozzie, agent des forces spéciales, dans une nouvelle envoûtante et non dénuée d’action.

La notion de génocide nécessaire suit un émissaire de l’O.N.U chargé de convaincre des nomades mongols de se faire recenser par les autorités extraterrestres en échange de crédits pour les gouvernements. La nouvelle se veut un hommage à un mode de vie libre, fait de grand air, de liberté sexuelle et de chevaux. Un brin humaniste, elle se lit avec plaisir, sans toutefois y trouver de quoi fouetter un cheval. Le livre s’offre un final en revanche bien plus explosif. Dans Le démon aux yeux de lumière, l’auteur met en scène Loki, à l’origine de la destruction du monde. Excessif, addict à la violence et au sexe (très présent chez l’auteur), le démon fait route avec une survivante, dont la destination inconnue révèlera bien des surprises. En concluant sur une note positive (et inattendue), cette dernière nouvelle se veut plus optimiste que les autres.

Sympathies for the devil est une bonne entrée en matière pour qui veut découvrir Thomas Day, au style direct et brutal, puisant dans le mélange des genres.  S’il peut déstabiliser au début, il finit, au fil des pages,  par former un tout cohérent. Si ses romans les plus connus sont La voie du sabre et L’instinct de l’équarrisseur, c’est avec Daemone que je continue l’exploration de son univers.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s