Daemone, de Thomas Day

9782070448135FSDavid Rosenberg est mort. Vive David Rosenberg 2.0 ! Ou plutôt vive Daemone Eraser, comme il se fait appeler depuis sa résurrection. Star plus que célèbre et richissime du Jeu – des combats à mort opposant des gladiateurs surentrainés -, Daemone n’a plus le goût à la vie depuis le coma irréversible de Susan, sa femme. Mais un jour surgit Lhargo, un guerrier du temps, un Alèphe, un des ces extraterrestres insectoïdes dont l’humanité ignore tout ou presque. Et avec lui, un marché que Daemone ne peut refuser : tuer cinq personnes et retrouver, enfin, celle qu’il aime plus que tout.

Après avoir découvert Thomas Day avec le recueil de nouvelles Sympathies for the devil, je me suis attelé à la lecture d’un de ses romans, intitulé Daemone. Le récit fait dans la science-fiction. Dans un monde futuriste, des gladiateurs combattent jusqu’à la mort à grands coups de blasters, lance-grenades et lames laser. Daemone en est la star, brisé depuis que sa femme végète dans le coma. Le marché que lui propose Lhargo, extraterrestre au pouvoir immense, consiste à tuer cinq personnes en échange du droit à la rejoindre dans une réalité alternative. Cinq cibles, qui chapitrent le livre en autant de parties. La question pour Daemone est alors de savoir (le lecteur s’en doute) jusqu’où il peut aller et ce qu’il est prêt à sacrifier pour revivre son amour perdu.

Accompagné de ses deux fidèles gardes du corps, l’homme est une brute surentraînée, qui fait pourtant pâle figure à côté de son überkriegerin de partenaire, un cyborg japonais féminin du nom de Kimioko. Cette dernière génère la tension sexuelle (c’est le moins que l’on puisse dire) au sein du groupe, ce qui n’est pas vraiment une surprise tant le sexe est sous-jacent dans les histoires de Thomas Day. Pour compléter le trio, Gilrein est le pilote technicien de service, responsable de tout le matériel high-tech (caméras drônes etc …). L’action jalonne le récit, qui fait dans le pur divertissement. C’est mené sur un rythme tambour battant, les pages défilent rapidement. L’auteur offre un panel de séquences d’action regroupant tout ce qui se fait dans le genre : assaut de bâtiment, duel au soleil, traque de créature géante, guérilla urbaine … Fort de ses influences cinématographiques (l’auteur évoque Peckinpah), Thomas Day entraîne Daemone d’une cible à une autre, les morts qui trépassent réveillant peu à peu un questionnement qui taraude le héros, jusqu’à un dénouement un peu facile, pour ne pas dire expédié.

Daemone s’avère une lecture plaisante, qui n’a pas la prétention de devenir un classique du genre, qui n’a d’autre but que de divertir. Et qui le fait bien.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s