Anthologie Creepy T.2

Creepy 2Le magazine Creepy, créé par Jim Warren au début des années 1960, a révolutionné le monde de la bande dessinée. Servi par une équipe d’artistes exceptionnels dont Frank Frazetta, Gene Colan, Steve Ditko, Wallace Wood, Alex Toth, Neal Adams ou Reed Crandall, il a atteint des sommets artistiques inégalés, redéfinissant les codes de la BD fantastique et d’épouvante. Pendant plus de vingt ans, aucune autre publication n’est allée aussi loin dans la création et l’exploration d’univers imaginaires. Dans l’esprit des classiques littéraires d’Edgar Allan Poe ou de Bram Stoker, et dans la mouvance des fleurons du cinéma fantastique produits par les studios Universal ou par la Hammer, l’oeuvre des artistes ayant signé les pages de ce magazine culte est restée résolument moderne. Introuvables en France depuis plus de vingt-cinq ans, ces chefs-d’oeuvre de la bande dessinée sont enfin réunis dans ce deuxième volume d’une anthologie proposant une sélection des meilleures histoires de Creepy, dans leur ordre de parution chronologique.

Un cow boy assassin jugé par ses victimes, un bâteau fantôme dirigé par un vampire, un mari obnubilé par un livre occulte, deux jumeaux partageant le même cerveau … autant de récits sombres et terrifiants que l’oncle Creepy se fera un plaisir de vous conter, assis bien au froid dans son caveau humide …

@loran.cbs

Le cycle consacré aux comics de l’horreur se poursuit. On continue avec ce deuxième album édité par Délirium, second opus de l’anthologie Creepy. On prend presque les mêmes et on recommence, tout aussi bien. Au niveau artistique, si Alex Toth et Angelo Torres sont toujours là, Frank Frazetta a disparu des planches. Mais on y découvre des histoires dessinées par Steve Ditko, Gene Colan, et même Neal Adams et Gil Kane ! Autant de noms qui feront les beaux jours du genre superhéroïque. Si la liberté avec laquelle les artistes ont pu travailler sur ces histoires frappait à la lecture du premier album, le constat est encore plus flagrant ici. De la composition des planches aux techniques employées, les dessinateurs ont laissé libre cours à leur inventivité. Les histoires mises en images par Steve Ditko en sont le parfait exemple.

@loran.cbs

En terme de récits, on reste ici dans la droite lignée de ce qui était proposé dans le premier tome. L’oncle Creepy exhibe son hideux faciès et son rictus cruel en introduction de chaque histoire, pour les conclure avec un humour et une cruauté bien sentis. Les personnages sont malmenés au gré des supplices et autres malédictions issues pour la plupart de l’esprit d’Archie Goodwin. Les histoires courtes et diablement efficaces s’enchaînent pour le plus grand plaisir du lecteur. Goules, vampires, loups garou, momies ou morts vivants punissent les infortunés antipathiques. Si la préface est ici l’oeuvre de l’inévitable Jean-Pierre Dionnet, on retrouve le journaliste Bernard Joubert qui revient ici sur les les premiers pas de Creepy en France, entre censure et plagiats. On termine en beauté avec les couvertures de Frank Frazetta, Gray Morrow et Dan Adkins.

@loran.cbs

En quelques albums de qualité, l’éditeur Délirium s’impose comme une référence au travers d’un catalogue dont la qualité prime sur la quantité. Les anthologies consacrées aux publications Creepy et Eerie (à venir sur C.B.S) sont accompagnées d’autres volumes du même genre dédiés cette fois à Richard Corben et, accroches toi à ta chaise, une parue en fin d’année dernière consacré à … Bernie Wrightson !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s