Un jour, je serai invincible, d’Austin Grossman

Docteur Impossible, génie du mal, scientifique, aspirant maître du monde, se languit dans sa prison. Il a perdu sa liberté, sa femme, sa forteresse cachée, et se demande si le plus intelligent de la Terre a fait les bons choix dans sa vie. Au fil des ans, il a vraiment tout essayé pour conquérir le monde : des machines de mort de toutes sortes (nucléaires, thermonucléaires, nanotechnologiques) aux rayons censés assujettir l’esprit humain. Il a voyagé dans le passé pour changer l’histoire, dans l’avenir pour la fuir. il a commandé des armées de robots, d’insectes, de dinosaures. En vain. mais pas cette fois. Cette fois, ce sera différent. Et cette prison en le retiendra pas éternellement …

Le croisement entre la littérature et les comics suffisamment rare pour être signalé. Il faut dire que le genre est casse-gueule, tant il semble difficile de faire vivre uniquement par des mots des histoires (et des personnages) aussi imagées que celles des super héros. Oh, il y a bien quelques adaptations (Civil War, X-Men : Surdoués) et quelques aventures inédites (Wayne of Gotham). Il existe quelques plus rares tentatives de relecture du genre super héroïque. C’est précisément ce type de livre qui m’intéresse. Certains en profitent pour déconstruire le mythe au travers de récits sulfureux, comme Marco Mancassola et son désastreux La vie sexuelle des super héros (mon super-pouvoir étant de l’avoir lu jusqu’au bout). D’autres le font sous forme d’hommage, et c’est ce qui se cache derrière cette fameuse couverture, avec ce casque qui mixe des personnages célèbres comme Thor et Magnéto, et un quart de couverture excitant.

Le récit est narré à la première personne. en reflétant deux points de vue. En effet, le chapitrage alterne entre les pensées du Docteur Impossible, super vilain de service, et de Fatale, nouvelle recrue du groupe de super héros, Les Champions. Au delà du fait que l’histoire se déroule du point de vue des deux camps en action, le lecteur découvre les états d’âme d’un génie malveillant autant préoccupé par son machiavélique et ultime plan de conquête que par son passé, celui qui l’a amené jusqu’au moment présent, celui, il en est sûr, où il va enfin devenir le maître le monde. Il partage aussi les doutes et les craintes de Fatale, cyborg qui vient de changer de dimension en intégrant les fameux Champions menés par leurs charismatiques leaders, Damoiselle et Blackwolf (qui endosse le rôle d’un Batman).

Le roman de Grossman rend un vibrant hommage aux comics d’antan, lorsque les personnages portaient des tenues toutes plus ridicules les unes que les autres pour un non initié. Il retrace cette époque où le méchant brillait par sa mégalomanie, où les héros n’avaient pour seul but que de protéger le monde sans autre arrière pensée. Le plus grand héros, CoreFire, n’est d’ailleurs pas sans rappeler Superman, tant par sa puissance que par l’idéal qu’il représente. Mais que se cache t-il vraiment sous le vernis du super héroïsme ? Le livre s’offre alors un autre niveau de lecture qui, s’il ne s’inscrit pas dans la directe lignée de Watchmen (n’en déplaise à l’éditeur), n’en rappelle pas moins certaines ambiances chères à des auteurs comme Alan Moore ou Warren Ellis. Sans jamais atteindre l’extrémisme de ces scénaristes, dans la violence et dans le propos, Grossman raconte la vie d’un groupe appliquant une stratégie collective, mais reste miné par les dissensions et les conflits larvés. Ainsi, si le lecteur est d’abord captivé par l’élaboration du stratagème  du Docteur Impossible pour conquérir le monde et son autobiographie, il finit par se laisser emporter avec Fatale dans la traque menée par les Champions.

J’écrivais il y a peu des articles à propos de romans qui savent transcender leur genre d’appartenance pour toucher un lectorat plus vaste. Ce n’est pas le cas du roman d’Austin Grossman, qui malgré ses indéniables qualités, s’adresse essentiellement aux amateurs de comics et parviendra difficilement à séduire un public plus large.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s