X-Men : Days of the future past

Le futur. Les mutants sont devenus une espèce en voie d’extinction. La guerre avec les humains fait rage. Ces derniers possèdent l’arme ultime en la présence des sentinelles, robots géants capables d’adapter leur arsenal à leurs adversaires et contrer ainsi leurs pouvoirs. Afin d’empêcher cette guerre de commencer, le Pr Charles Xavier et Magnéto envoient Wolverine dans le passé pour éviter l’assassinat qui a tout déclenché.

Réalisation : Bryan Singer – Casting : Hugh Jackman, James Mc Avoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence, Peter Dinklage, Halle Berry – Année : 2014 – Durée : 131 mn

Mon avis : A l’occasion du visionnage du film en Blu-Ray, je reviens sur de dernier X-Men en date que je n’avais pas manqué de voir au cinéma dès sa sortie.  Après un retour fracassant sur les écrans avec Le commencement, qui se permettait brillamment de réécrire l’histoire (quitte à soulever quelques incohérences), la saga X-Men revint en 2014 avec un des épisodes marquants que les fans vénèrent, à savoir Days of the future past. Bryan Singer, réalisateur des deux premiers volets, reprend les commandes après le (mauvais) Brett Ratner (X-Men 3 : l’affrontement final) et le (très bon donc) Matthew Vaughn (qui reprend ici le rôle de producteur précédemment tenu par … Singer). Autant l’écrire tout de suite, cet opus persiste et signe dans sa volonté de réécrire l’histoire des mutants. Si les fans purs et durs pouvaient craindre quelques ratés (Wolverine remplace Kitty Pride dans le rôle du voyageur temporel, quid des nouveaux pouvoirs de cette dernière, le design des sentinelles du futur), force est de constater que le film réussit son pari.

D’une part, le film ne se contente pas de faire de Days of the future past un épisode de Wolverine et ses amis. Le piège était facile, et le réalisateur a su l’éviter (au contraire de Joss Whedon sur ses Avengers). Les rôles sont équitablement répartis, même si on peut regretter que l’intrigue tourne trop autour du personnage de Mystique (interprétée par la fade Jennifer Lawrence). Le casting reste très efficace, James Mc Avoy, Hugh Jackman et Michael Fassbender en tête. On prendra un grand plaisir à retrouver ceux de la première génération de mutants au cinéma, Patrick Stewart et Ian Mc Kellen entre autres. Une des clés du succès de la saga, ce sont ces clins d’œil que l’histoire réserve aux fans. On apprécie ainsi la présence de Quicksilver (Vif-Argent) au catalogue des mutants du jour, lui qui livrera la séquence la plus jouissive du film.

D’autre part, il faut reconnaître à Singer l’habileté qu’il a à lier les personnages entre eux, y compris ceux des deux générations. A aucun moment on ne se sent perdu dans l’histoire pourtant casse-gueule du voyage dans le temps. Le scénario est solide et les aller-retours sont parfaitement gérés. Alors, certes, il y a des incohérences entre les films, même si cet opus là fait référence à nombre d’évènements passés (X-Men 2 notamment). Il tient parfaitement le rôle de trait d’union avec la trilogie antérieure à X-Men : le commencement. Cette impression est renforcée par l’aspect visuel du film. En effet, ce qui frappe, c’est la relative homogénéité entre les différents films de la saga (excepté L’affrontement final) malgré les époques.

X-Men : Days of the future past tient toutes ses promesses et propose un vrai divertissement doublé d’une intrigue solide. Il confirme la grande qualité de cette nouvelle trilogie initiée par Matthew Vaughn, et qui se concluera avec … X-Men : Age of Apocalypse ! Le rendez-vous est déjà pris pour le 18 Mai 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s