Walking Dead : La loi du Talion – 13 à 16

Aux portes de Washington, Rick et ses compagnons intègrent une communauté visiblement épargnée par l’apparition des zombies. Ce retour au calme et à une vie presque normale ne se fait pas sans heurts et révèle au grand jour les difficultés d’adaptation de la troupe de survivants. Après de longs mois passés sur la route, nos héros entrevoient l’espoir de reprendre une vie normale. En sont-ils seulement capables ? Une étape décisive ! Walking Dead : Point de non-retour contient les épisodes U.S Walking Dead #73-78 scénarisés par Robert Kirkman et dessinés par Charlie Adlard.

A la suite de la tragédie qui vient tout juste d’ébranler la tranquille communauté d’Alexandria, Douglas Monroe cède sa place de leader à Rick. Son sang-froid, son sens de l’organisation et sa lucidité devant l’agression du groupe de maraudeurs a effectivement prouvé à tous sa capacité à faire face aux situations extrêmes. reste que les coups de feu échangés semblent avoir attiré l’attention à des kilomètres à la ronde. C’est al fin d’une utopie. Il n’y aura pas de retour à la vie normale … mais fallait-il en douter ? Walking Dead : Piégés ! contient les épisodes U.S Walking Dead #79-84 scénarisés par Robert Kirkman et dessinés par Charlie Adlard.

Malgré l’horreur des anciens évènements, les rescapés d’Alexandria parviennent à surmonter leur douleur et se concentrent déjà sur la reconstruction physique et psychologique de leur communauté. Andrea supervise l’enseignement du tir à l’ensemble des survivants, Abraham dirige l’équipe chargée de fortifier l’enceinte de la ville et Rick est sans doute celui qui a le plus de mal à s’en remettre. Et pour cause … Les rescapés peuvent-ils toujours espérer un semblant de vie normale ? Les horreurs traversées auront-elles raisons de leur lueur d’espoir ? Walking Dead : Deuil et espoir contient les épisodes U.S Walking Dead #85-90 scénarisés par Robert Kirkman et dessinés par Charlie Adlard.

Après l’attaque massive des marcheurs qui a décimé la communauté d’Alexandria, la vie reprend tant bien que mal son cours pour les habitants. Mais le danger n’est jamais très loin … Morts et vivants rôdent toujours aux alentours. Lorsqu’Abraham et Michonne découvrent l’existence d’un homme visiblement sans puer et capable de parfaitement se battre, les souvenirs du gouverneur ressurgissent. Et la confiance, déjà bien ébranlée, des rescapés en al nature humaine est une nouvelle fois mise à l’épreuve. Walking Dead : Un vaste monde contient les épisodes U.S Walking Dead #91-96 scénarisés par Robert Kirkman et dessinés par Charlie Adlard.

Après un nouvel intermède de plusieurs mois sur la route, le groupe de survivants menés par Rick Grimes pose ses valises dans la communauté d’Alexandria.Cette partie de la série ralentit a priori le rythme du récit mais se focalise sur l’évolution psychologique de Rick (entre autres) et sur la mise en danger de la démocratie. L’intégration est au centre de l’histoire. Plutôt que de se faire par le biais d’une assimilation en douceur, elle se fait désormais par la négociation, voire la force. Le monde et ses valeurs ont changé. Les nouveaux arrivants suscitent autant la méfiance que les résidents de la communauté pour eux. Dans la négociation, chaque camp montre ses muscles et fait jouer ses atouts. Les enjeux de pouvoir continuent de corrompre le cœur des hommes, et Rick doit lui aussi passer par l’art du compromis et manœuvres parfois indélicates …

La relation filiale qui lie Carl et Rick prend toute sa dimension. Le fils grandit trop vite dans ce monde dévasté, et veut déjà s’affranchir d’un père toujours traumatisé par la perte des siens. Au travers du lien qui peut se nouer entre divers protagonistes, leur relation se complique un peu plus, et une épreuve particulièrement difficile les attend. Les relations entre les différents personnages évoluent. Abraham s’installe comme une valeur sûre au sein du groupe, au même titre que les survivants emblématiques que sont Michonne, Glenn, Maggie ou Andrea. Malgré le danger omniprésent, la vie tente de suivre son cours, et comme le veut l’adage, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Des couples se forment quand d’autres se brisent, des amitiés naissent quand des conflits se génèrent …

L’évolution des personnages amène à soulever un point important de la série : la temporalité. Walking Dead peut d’ores et déjà se targuer d’une réelle longévité, dont le succès non démenti s’appuie sur une vraie homogénéité scénaristique et artistique. Si Kirkman se concentre sur l’évolution psychologique des personnages, définitivement transformés par le monde qui les entoure, le lecteur s’amuse à observer les changements physiques qui s’opèrent. Les saisons qui passent, les barbes naissantes puis définitives et enfin rasées, les cheveux longs puis coupés, l’amaigrissement et les symptômes de fatigue … Même les zombies subissent les affres du temps. Au fil des épisodes, ils apparaissent de plus en plus décomposés (en ce qui concerne les vieux sujets). Le temps est une donnée palpable qui joue également son rôle dans la série, qui se situe dans un registre plus ancré dans une certaine réalité, bien loin de l’intemporalité qui frappe l’univers des comics du genre super héroïque par exemple, où les héros septuagénaires n’ont pas pris une ride.

Si Walking Dead semble marquer une (petite) pose dans son avancée horrifique, la série s’installe désormais avec intelligence sur le long terme, et, loin d’avoir tout dévoilé,  laisse planer une nouvelle et terrible menace …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s