Walking Dead : On the road again – 9 à 12

Seuls Rick et Carl, son fils, ont réchappé du massacre orchestré par le gouverneur. Il leur faut désormais réapprendre à vivre avec la peur au ventre, chaque nouvelle rencontre pouvant être la dernière. La relative sécurité qu’ils avaient  retrouvée au sein des murs du pénitencier n’est plus qu’un souvenir, et il revient désormais à Carl de soutenir son père, victime d’hallucinations de plus en plus préoccupantes. L’apocalypse a bien eu lieu … une deuxième fois ! Walking Dead : Ceux qui restent contient les épisodes U.S Walking Dead #49-54 scénarisés par Robert Kirkman et dessinés par Charlie Adlard.

Alors qu’ils se ravitaillent en ville, les survivants font une découverte intéressante : ils trouvent un mort vivant cloué au sol par la faim. Ces créatures pourraient donc mourir ? En route vers Washington sur les conseils du mystérieux docteur Eugene Porter, Rick suggère de pousser un peu plus au Nord, vers son ancienne ville, afin de faire le plein de munitions dans l’armurerie de son commissariat. Sur la route, l’impensable se produit … La vérité sur l’apparition des morts vivants se trouve à Washington ! Mais la route vers la capitale est encore longue … Nouveaux personnages, nouveaux enjeux ! Walking Dead : Vers quel avenir ? contient les épisodes U.S Walking Dead #55-60 scénarisés par Robert Kirkman et dessinés par Charlie Adlard.

Rick et ses compagnons, rejoint par le trio de l’ex-sergent Abraham, tentent de rallier Washington, le lieu où, selon Eugene Porter, tout aurait commencé. Sur la route, le groupe se sent épié, et ce n’est pas la rencontre fortuite d’un révérend qui va les rassurer. Réfugiés dans une église, la paranoïa s’installe. Pire que les zombies, les cannibales … cette odyssée de la survie atteint un nouveau stade dans l’horreur. cernés de toutes parts, certains membres devront sacrifier une partie de leur humanité pour survivre. Walking Dead : Les chasseurs contient les épisodes U.S Walking Dead #61-66 scénarisés par Robert Kirkman et dessinés par Charlie Adlard.

Le voyage jusqu’à Washington aura été long, semé d’embûches, mais aussi de drames. Avant la fin de ce périple, l’un des compagnons  de Rick se révèlera être autre chose que ce qu’il prétendait. La colère passée, l’espoir renaît avec l’apparition providentielle d’une communauté visiblement épargnée par le fléau qui ravagea l’humanité voici un an déjà. Après de longs mois passés sur la route, Rick et ses compagnons entrevoient l’espoir de reprendre une vie normale. En sont-ils seulement encore capables ? Walking Dead : Un monde parfait contient les épisodes U.S Walking Dead #67-72 scénarisés par Robert Kirkman et dessinés par Charlie Adlard.

Les chapitres précédents auront clairement marqué un tournant dans la série. Des personnages qu’on pensait intouchables ont succombé, le premier « havre de paix » détruit … Excepté les zombies, seule la bêtise humaine en sera sortie vainqueur (elle réservera encore quelques surprises). Les survivants sont dévastés, Rick en tête (les séquences du téléphone). Passée la cinquantaine d’épisodes, Kirkman effectue un retour aux sources en ramenant ses personnages sur la route. A une différence près : les survivants se méfient désormais autant, si ce n’est plus, de leurs congénères que des morts-vivants. Les actes du gouverneur ont douloureusement démontré à quel point l’homme pouvait se comporter comme un monstre, et qu’il vaut parfois peut-être mieux succomber aux morsures d’un zombie que de tomber dans les griffes d’individus tels que lui.

Cette situation se vérifie à nouveau tout au long de ces albums. Rick retrouve certains de ses compagnons qui ont miraculeusement survécu au massacre perpétré par le gouverneur. Sans autre but que celui de survivre, ils errent d’abris de fortune en refuges éphémères. Jusqu’à la rencontre avec le Sergent Abraham, sa partenaire Rosita et le civil Eugene Porter que les deux premiers ont pour mission d’escorter jusqu’à Washington. Le premier contact est difficile, les uns évitant tout contact avec tout risque inutile risquant de compromettre leur mission, les autres étant encore traumatisés par la trahison et l’horreur qu’ils viennent de vivre. Déjà mise à mal à la prison, la question de la confiance est au cœur de ces épisodes. La paranoïa s’érige en mode de vie. Et ce n’est pas l’affrontement avec ces mystérieux chasseurs (et le lourd tribut qu’ils payeront) qui va leur redonner la foi en la nature humaine …

Après quelques dizaines d’épisodes, Kirkman refuse de laisser son récit stagner et redonne un but à ses personnages. La sédentarisation, le repli sur soi n’est peut-être pas la solution. Il amène donc ses personnages à sillonner le pays. Les survivants se lance ainsi dans un mouvement proactif dans le sillage des deux militaires, et se rassemblent autour d’un but commun. Les révélations sur l’origine de l’épidémie, l’existence d’un remède pour y mettre fin, la possibilité d’un retour à un monde meilleur … autant d’espoirs qui entraînent le groupe dans un long et périlleux voyage, quitte à risquer de poursuivre de simples chimères. Ce retour sur la route, les rencontres et les pertes, mais surtout la cruelle vérité sur cette quête désespérée rendent évident le besoin impérieux de trouver un abri durable pour survivre …

Kirkman en profite pour dresser un premier bilan via ses personnages, qui reviennent sur leur actes passés. Le traumatisme tient tant dans la confrontation à la réalité d’un monde mortel et désespéré, que dans la dureté des actes et des choix que chacun aura sur la conscience. La survie a un prix, et la perte d’humanité est le plus élevé. L’autre grand intérêt de ces épisodes, qui germait depuis la prison, concerne Rick et Carl. La relation père-fils devient par la force des choses une des grandes tensions dramatiques de la série, et occasionnera quelques stupeurs et tremblements chez le lecteur.

Au cours de ces albums, Walking Dead explore de nouveaux sentiers, en continuant de questionner le lecteur et d’exploiter au mieux ce qui a fait son succès jusqu’ici : la peur de l’autre, la noirceur de ce nouveau monde et malgré tout, l’espoir de jours meilleurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s