Deadpool : Suicide kings

Avec des amis pareils … Deadpool a été accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis. Depuis, tout le monde essaie de le capturer, y compris Daredevil, Spider-Man et le Punisher ! Parviendra t-il à prouver son innocence ?

Ce volume de la collection Marvel Deluxe Deadpool : Suicide Kings contient l’intégralité de la mini-série Suicide kings #1-5 (publiée de Juin à Octobre 2009) scénarisée par Adam Glass et Mike Benson, et dessinée par Carlo Barbieri.

Voici la mini-série intitulée Suicide Kings publiée dans la collection Marvel Deluxe chez Panini. SI Daniel Way n’est pas au scénario, les auteurs (Benson et Glass) arpentent la voie tracée par le scénariste alors attitré de la série. Ils utilisent les mêmes codes que Way, avec références populaires et répliques hilarantes, effets gore et visions déjantées. Deadpool se fait mener en bateau par un riche héritier endetté auprès des mauvaises personnes. Lorsqu’il est accusé d’avoir fait exploser un immeuble et ses habitants, ils est traqué (entre autres) par Frank Castle alias le Punisher. Autant dire que l’affrontement entre ces deux experts du combat va faire des étincelles (et occasionner quelques gerbes de sang). Un cocktail détonnant (facile !) auquel les auteurs intègreront un zeste de Daredevil et une pincée de Spider-Man !

Cette mini-série contient tout ce que Way a mis en place pour Deadpool. Le décalage du personnage avec les autres protagonistes de l’univers dans lequel il évolue est savoureux. Deadpool multiplie les références à une réalité que le lecteur connaît bien, au grand désarroi de ses congénères. Si l’intrigue reste efficace mais dénuée d’une grande originalité, elle reste propice aux rebondissements. Les dessins sont ici l’œuvre de Carlo Barbieri, au style très proche de Paco Medina (présent à la relance de la série régulière). Avec efficacité, l’artiste signe des planches dans la droite lignée de son prédécesseur.

Action, humour et univers décalé, Deadpool régale le lecteur qui, comme moi, préfèrera la version de Daniel Way à celle de ses débuts dans X-Force (j’assume). Même Chuck Norris reconnaît le grand talent du mercenaire disert, c’est dire !

Une réflexion sur “ Deadpool : Suicide kings ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s