Archives du mot-clé Captain Marvel

Tribute to Mar-Vell !

Captain Marvel fut un des personnages de mon enfance, de ceux qui m’ont accompagné pendant des heures de voyages inédits et d’aventures super héroïques. Sa mort aura été un choc à l’époque, que j’avais découvert dans la collection Top BD. Pour la première fois, je me rendais compte que la mort pouvait réellement frapper même les plus puissants héros. Il n’est jamais vraiment revenu, rendant aujourd’hui encore sa disparition terriblement humaine, triste et émouvante. Il fait partie de mon panthéon du genre, aux côtés de personnages comme Superman ou Photonik. Si çà, ça ne vaut pas un hommage …

CaptainMarvel

Captain_Marvell_h9

Publicités

Captain Marvel (Mar-Vell)

Captain_Marvel_29

Né dans la cité de Rad-Nam, planète Kree-Lar (connue sur Terre sous le nom de Grand Nuage de Magellan), son vrai nom est  Mar-Vell. Son identité est  publiquement connue dans l’empire kree (citoyen exilé), sur Titan (citoyen honoraire), ainsi qu’auprès de nombreux héros de la Terre, planète sur laquelle il prend l’identité du Dr Walter Lawson. Il a exercé de multiples professions, comme capitaine dans la flotte spatiale kree, assistant dans un observatoire d’astronomie, directeur de prison, aventurier. Parmi ses parents connus, on peut citer Elysius (compagne), Genis-Vell (Photon, fils posthume, décédé), Phyla-Vell (Quasar, fille posthume, décédée), Dorrek VIII (Teddy Altman alias Hulkling, fils). Il a appartenu à différents groupes de héros dont l’Initiative, la flotte spatiale kree (les équipages de l’Hélion, du Pama et de l’Etoile de la Vengeance), puis fut membre posthume des Vengeurs, de la Légion des Morts-vivants. Il a régulièrement lutté aux côté des Vengeurs et des Défenseurs. Il est décédé des suites de la maladie sur Titan, lune de Saturne

marvel-super-heroes-12

Captain Marvel est apparu pour la première fois dans Marvel Super Heroes (vol.1) #12 publié en Décembre 1967, écrit par Stan Lee et dessiné par Gene Colan. Stan Lee demanda au scénariste Roy Thomas et au dessinateur Gene Colan de lancer une série régulière consacrée au personnage. Après un changement de costume et de pouvoirs salvateur, le personnage rentra au panthéon du genre super héroïque, notamment sous la houlette de Jim Starlin.

Captain_Marvel_Vol_1_31

Mar-Vell, était un capitaine de l’armée impériale Kree. Il était envoyé par l’empire spatial Kree sur la Terre comme espion, pour enquêter sur le niveau de développement technologique des terriens, mais il décida de désobéir à ses ordres (à cause de son aversion à blesser des innocents) et de protéger la Terre contre son propre monde. Sa décision fut renforcée par la mort de son amour, le médecin Una, causée par son supérieur Yon-Rogg. En 1982, Marvel Comics décida de mettre un terme au personnage et Jim Starlin fut chargé de raconter sa mort suite à un cancer dans le premier roman graphique The Death of Captain Marvel. En 1997, une mini-série de trois numéros fut publiée : The untold legend of Captain Marvel, racontant des épisodes survenus avant l’arrivée sur terre du super-héros.

Captain_Marvel_27-01-FC

A l’origine, lors de son arrivé sur la Terre, Mar-Vell ne possédait aucun pouvoirs particuliers. Peu avant sa première rencontre avec Thanos, il acquit la capacité de métaboliser l’énergie solaire et de la convertir en énergie pour une grande variété d’usage : force surhumaine, projection de décharges photoniques ou vol. Ces pouvoirs diminuaient d’intensité quand sa réserve d’énergie diminuait. Originellement doté de la force normale d’un kree de son âge et de sa carrure, il augmenta ses capacités grâce la force supplémentaire conférée par les néga-bracelets. Ceux-ci lui permettaient également de concentrer ses décharges photoniques ou bien de stocker l’énergie solaire qu’il absorbait. Ils permettaient également à Mar-Vell de voler mais celui-ci préférait en général utiliser ses réserves d’énergies photoniques pour ses déplacements. Ces bracelets permettaient également à Mar-Vell de changer de place entre la dimension de la Terre et la Zone négative dès qu’il les frappait l’un contre l’autre. Durant sa bataille contre Thanos, Mar-Vell fut doté par l’entité Eon de la conscience cosmique, qui accrut son intelligence, le dotant de capacités précognitives limitées et surtout la capacité de repérer les faiblesses de ses adversaires. Les bracelets le protégeaient également, dans certaines limites, des dégâts et blessures ; il pouvait aussi, grâce à eux, survivre dans l’espace sans aucun équipement particulier. L’étendue exacte de cette conscience cosmique ne fut jamais réellement connue ; elle lui permettait de sentir la présence d’êtres ou d’objets ayant une certaine importance pour lui. Bien que cela n’ait jamais été établi, il s’agit peut-être d’une version infiniment plus étendue du sens d’araignée de Spider-Man ou de la sensibilité aux vibrations psychiques de Mantis. Captain Marvel possédait un savoir étendu dans les technologies avancées de l’empire kree, dans leur armement et leurs équipements militaires. Entraîné aux différents arts martiaux krees, il avait également reçu un enseignement en stratégie et tactique par l’académie militaire kree.

COMIC captain marvel 33

Mar-Vell fut initialement créé en 1967 par Stan Lee pour protéger les droits sur le nom de la société d’édition Marvel Comics. Le nom Captain Marvel avait été porté par un héros, Shazam, créé par Charles Clarence Beck dans les années 1940. Sa société d’édition, Fawcett Publications, qui possédait les droits sur le personnage et son nom, cessa de publier des comics en 1953. En 1966-1967, la publication par un concurrent (Myron Fass Comics) d’une éphémère série (6 numéros) intitulée Captain Marvel déclencha les tractations pour le rachat des droits d’utilisation du nom par la société Marvel Comics et la création d’un nouveau personnage. Marvel Comics racheta le nom en 1967, tandis que les droits de publication sur le personnage originel de Charles Beck (Shazam) furent acquis par DC Comics en 1972.

Marvel Classic n°13 : La venue de Captain Marvel !

Marvel Classic 13

Marvel Classic n°13 contient les épisodes U.S Marvel Super Heroes #12-13 (Déc 1967 – Mars 1968) scénarisés par Stan Lee et dessinés par Gene Colan, et Captain Marvel #1-4 (Mai – Juill. 1968) scénarisés par Roy Thomas et dessinés par Gene Colan.

Ce numéro du trimestriel Marvel Classic revient sur les origines d’un personnage adoré de votre serviteur, Captain Marvel. Lors de ses premiers pas dans l’univers Marvel, le héros n’arborait pas encore sa tenue rouge et bleue et au design étoilé, qui sera déclinée plusieurs fois chez Carol Danvers notamment. L’occasion de découvrir la naissance d’un super héros, Mar-Vell, à l’origine un capitaine de l’armée Kree envoyé en éclaireur pour évaluer les forces en présence sur notre planète, avant de choisir d’en devenir le protecteur. L’équipe créative était quand même constituée de Roy Thomas à la plume et Gene Colan aux crayons. Un numéro indispensable pour moi 😉

Marvel Universe n°1 : Thanos 1/2

La galaxie connaît de grands bouleversements. L’église universelle est passée sous la coupe du Magus, le double maléfique d’Adam Warlock. Surtout, ce culte essaie d’exploiter la puissance de sa foi afin d’élargir une faille cosmique qui menace notre univers. Quasar s’y est rendu comme éclaireur et a découvert un monde parallèle fait d’aberration et d’horreur : le cancerverse. Nova s’empare de l’affaire. Et les gardiens de la galaxie, dans tout çà, et bien ils ont malencontreusement ressuscité Thanos !

Marvel Universe n°1 contient les épisodes U.S Nova #36 scénarisé par Dan Abnett et Andy Lanning et dessiné par Andrea Di Vito, Thanos Imperative : Ignition scénarisé par Dan Abnett et Andy Lanning et dessiné par Brad Walker, Thanos Imperative #1-3 scénarisés par Dan Abnett et Andy Lanning et dessinés par Miguel Sepulveda, et Nova : the origin of Richard Rider scénarisé par Dan Abnett et Andy Lanning et dessiné par Geraldo Borges et John Buscema.

Que le lecteur en se laisse pas berner : la nouvelle numérotation de Panini est un attrape-nigaud. Ce numéro n’est en rien un nouveau point d’accès idéal à l’univers Marvel, c’est même tout le contraire. Déjà, on assiste au retour du Cosmic Marvel dans la revue, après un intermède de trois numéros consacrés à Chaos War. Les séries reprennent directement après les évènements de Realm of Kings, et ce qui s’y passe nous jette d’emblée dans une spirale infernale. C’est donc avec un énorme plaisir que l’on retrouve Nova, les Gardiens de la galaxie sous la houlette du duo (que je qualifierai tout juste d’exceptionnel) composé d’Andy Lanning et Dan Abnett. Et comme l’indique la couverture, c’est le début d’une aventure qui tourne autour de Thanos !

A la fin de Realm of Kings, alors que le Cancerverse s’apprête à s’étendre au détriment de notre univers, le Titan est ressuscité, occasionnant dans la foulée la disparition d’un membre des Gardiens de la galaxie … et  il n’est pas content d’avoir été « réveillé ». Il est maitrisé in extremis par les gardiens de la galaxie. Dès lors, les évènements s’accélèrent. L’équipe de Star-lord s’allie difficilement au titan fou et s’introduit en sa compagnie dans le Cancerverse.  Nova et Quasar tentent de refermer la faille cosmique qui s’étend. Malgré les renforts des inhumains, de la garde impériale Shi’ar et même des entités cosmiques, ils n’empêcheront pas quelque chose d’en sortir ! Vous l’avez deviné, c’est épique, épique et EPIQUE. c’est dynamique, immersif, spectaculaire et riche en rebondissements. Quant à l’identité de celui qui mène cette expansion du cancerverse, je ne la révèlerai pas mais sachez juste que j’ai pris mon pied, et que les nostalgiques vont a-do-rer !

Le duo d’auteur continue de livrer des aventures cosmiques tout simplement excellentes. Annihilation, Annihilation Conquest, War of Kings, Realm of Kings et maintenant Thanos Imperative ! Autant de sagas cosmiques de (très) grande qualité qui s’enchaînent sans nus laisser le moindre répit. Plus que jamais la galaxie est le théâtre de combats épiques de tragédies universelles et d’actes de bravoure légendaires. A côté de çà, Fear Itself ressemble à une séance au parlement … L’autre point majeur qui fait de ce numéro une absolue réussite, c’est l’influence du maître de Providence, H.P Lovecraft. Je l’avais déjà évoqué dans cet article, plus précisément dans l’épisode consacré à Quasar. Créatures tentaculaires émergeant de la faille, quelques fthagn bien placés dans les dialogues et un culte yogsothothien … Les héros galactiques confrontés à l’indicible horreur : un régal !

Il ne me reste que peu de place pour évoquer les artistes divers qui illustrent ces épisodes. Tous possèdent un  style différent, mais tous restituent à merveille l’urgence de la situation. C’est explosif, guerrier, spectaculaire, et beau. J’avoue une nette préférence cependant pour les planches de Brad Walker (qui illustrent cet article) et le travail intéressant de Miguel Sepulveda. On sent qu’ils ont tous pris plaisir à dessiner cette aventure qui risque de marquer durablement les esprits.

Le Cosmic Marvel s’offre un retour en fanfare, confirmant que Marvel Universe est bien le meilleur magazine publié en kiosque actuellement par Panini. Et de loin. On se demande bien pourquoi l’éditeur n’a pas publié cette histoire dans la foulée de Realm of Kings. Mais on n’en est plus à une incohérence près de la part de Panini … Quand je lis une revue comme celle-là, je me dis que décidément, rien ne vaut de bons comics. Vivement la suite ! Aaaaaaaargh ! Deux mois à attendre !

Marvel Universe n°1 : les covers

Marvel Universe n°31 : Chaos War 3/3

Alors que le roi du Chaos est proche de la victoire, d’autres héros défunts reviennent d’entre les morts pour protéger les héros tombés au combat, végétant dans une sorte de coma. En effet, le concept de mort lui même n’existe plus. De son côté Hercule prépare l’assaut final.

Marvel Universe n°31 contient les épisodes U.S Chaos War : Dead Avengers #1-3 scénarisés par Fred Van Lente et dessinés par Tom Grummett et Chaos War #4-5, scénarisés par Greg Pak et Fred Van Lente et dessinés par Khoi Pham. En bonus, il y a l’épisode Age of heroes #3 scénarisé par Kevin Grevioux et dessiné par Mc Wyman.

Après une deuxième partie en dessous de ce que promettait le premier volet, voici venir la conclusion du cross-over Chaos War. On démarre avec trois épisodes de Dead Avengers, mettant à l’honneur des héros revenus d’entre les morts, comme ce fut le cas pour la Division Alpha dans le chapitre précédent. En ce qui me concerne, j’ai pris un grand plaisir à retrouver Captain Marvel ! Même si l’histoire rappelle celles de la Division Alpha et des dead X-Men, j’avoue que j’ai bien accroché grâce à ces personnages qui nous manquent : la Vision, Captain Marvel, même le Pourpoint Jaune. J’ai bien aimé le découpage narratif proposant des flashback consacrés à tous les personnages, tour à tour. En plus, niveau dessin, ce n’est pas moche, même si il n’y a rien de bien transcendant à l’horizon.

La suite met un terme à Chaos War. C’est l’heure de l’affrontement final, avec en têtes d’affiche le roi du chaos et Hercule. Je ne sais pas si j’étais fatigué mais j’ai trouvé çà assez confus scénaristiquement parlant. L’explication du changement de camp d’Athéna, le passage chez Gaïa … La conclusion me semble légèrement bâclée, même si la Division Alpha semble de retour au grand complet. Pour autant, le tout tient suffisamment en haleine, notamment grâce aux dessins de Khoi Pham. J’apprécie le travail de ce dessinateur que j’ai découvert avec la première partie du cross-over.Je passerai sur l’épisode de remplissage avec Blue Marvel, inintéressant.

Chaos War s’achève sur une impression mitigée. Ce cross-over ne tient pas les promesses du premier chapitre. Pour autant, il n’est pas raté, loin s’en faut. On y retrouve des personnages défunts avec plaisir : la Vision, Captain Marvel, Moira Mc Taggert, le Hurleur, Pourpoint Jaune, la Division alpha … excusez du peu. Une aventure qu’il me faudra relire plus tard, d’une traite. Maintenant place à Thanos Imperative, dans les prochains numéros !