Archives du mot-clé Universe

Marvel Universe n°2 : What if Avengers vs X-Men

What if ? AvXLe Phénix approche de la Terre. Les forces super héroïques sont en alerte, mais sont divisées en deux camps. Les Vengeurs se préparent à lutter contre une menace d’envergure, alors que les X-Men voient en son arrivée l’occasion de relancer l’espèce mutante. Hope, mutante considérée comme le messie de sa race, cristallise toutes les attentions, et se trouve au coeur d’une lutte d’influence qui risque de faire basculer le sort de la planète.

Marvel Universe n°2 contient les épisodes What if ? : AvX #1-4 scénarisés par Jimmy Palmiotti et dessinés par Jorge Molina et Gerardo Sandoval, et Wolverine : Father scénarisé par Rob Williams et dessiné par Greg Tocchini. Lire la suite Marvel Universe n°2 : What if Avengers vs X-Men

Marvel Universe n°1 : L’ascension de Thanos

Thanos Rising

C’est sur Titan, dans la cité souterraine des éternels, que nacquit Thanos. D’enfant malmené dès sa naissance par une mère dévastée, il évoluera jusqu’à devenir ce demi dieu craint de tous.

Marvel Universe n°1 contient les épisodes U.S de la mini série Thanos Rising #1-5 scénarisés par Jason Aaron et dessinés par Simone Bianchi.

news_illustre_1382202037_547

Cela se fait rare sur C.B.S, mais voici un article consacré à une revue Marvel / Panini. Si les deux ont quasiment disparu de mes lectures, je garde tout de même certaines habitudes, comme les incontournables gammes Classic et Universe de la sandwicherie (je suis d’ailleurs prêt à endosser el costume du Punisher pour ceux qui ont décidé l’arrêt de X-Men Classic). Il est vrai que la multitude de bouleversements de l’univers Marvel et les incessantes aberrations paniniesques (associées à l’avènement d’Urban et par là même le retour au premier plan de DC) auront eu raison de ma patience. Pour autant, je reste quand même (un peu) connecté à la maison aux idées. Et force est de constater, que le numéro dont je m’apprête à vous parler est une vraie grande surprise. Non pas tant par la qualité (qu’on attendait) du sommaire, mais par la bonne idée de Panini de publier L’ascension de Thanos en kiosque, et donc à un prix moindre à celui qu’il aurait été dans la collection 100% Marvel par exemple. Donc, comme je suis juste, je vais adresser … (roulement de tambour) .. un bravo à Panini pour cette initiative (comme quoi tout n’est pas perdu).

N'est-il pas tout mimi ?

Bon, trêve de blabla et abordons ce qui nous intéresse réellement, à savoir cette fameuse ascension de Thanos. Le titan fou est un habitué de la revue cosmique de l’éditeur, surfant allègrement sur le succès du film Avengers, et de sa séquence post générique. Et comme en plus il sera présent dans le prochain Guardians of the galaxy, autant l’insérer durablement dans les esprits des jeunes lecteurs. Thanos rising revient sur la genèse de ce vilain d’envergure (Thanos Quest, Le gant de l’infini, Thanos Imperative, et bientôt Infinity), jusqu’alors à peine évoquée par les auteurs. Comment Thanos en est-il arrivé à devenir ce demi dieu qui laissera peser une menace d’ampleur sur la galaxie ? Un vide désormais comblé par Jason Aaron qui s’est attaché les services de Simone Bianchi pour l’occasion. ce sera également l’occasion d’en découvrir plus sur la personnalité du titan fou, au travers de séquences particulièrement intéressantes.

thanos-rising-1a

Dès les premières séquences, on est emporté par le récit d’Aaron. On assiste à la naissance de Thanos, dont l’apparence et ce qu’elle entrevoit du futur de son fils rendent folle sa mère qui décide de le tuer. Thanos vient à la vie sous le sceau de la mort. On assiste donc à l’évolution du personnage, sous l’influence de la Mort, du statut d’étudiant surdoué au physique disgracieux écarté pour sa différence, à celui de surpuissance cosmique. Entretemps, il aura connu la violence, puis le meurtre. Plus surprenant, on apprend qu’il a mené une vie de nomade, s’accouplant et procréant dans chaque port galactique. Une séquence particulièrement intéressante évoque le point de non-retour. Pour se déclarer à son amour de toujours, la seule qui le comprend, il part en quête de sa progéniture par delà les mondes pour … l’exterminer. Thanos signe alors son éternel dévouement à Dame Mort, en mettant lui-même un terme à sa vie.

THANOSRISING2013005_int_LR-4-5

L’autre point fort de la mini série tient dans les planches de Simone Bianchi. L’artiste régale à chaque case, et donne au récit de Jason Aaron une ampleur épique, et en même temps parvient à conférer cette atmosphère sombre mais si particulière à l’aura de Thanos. Le récit faisant la part belle à la psychologie du personnage principal plus qu’à ses exactions, les planches ne regorgent pas de cases qui explosent. Le rythme est plus posé, et correspond bien au style de l’artiste.

Marvel Universe n°1 : L’ascension de Thanos est un numéro à ne pas manquer, pour qui aime Thanos (et vous êtes nombreux dans ce cas là, avouez), mais aussi pour les amateurs d’histoires adultes brillamment illustrées. Une excellent rapport qualité prix, voilà qui devrait achever de vous convaincre.

Marvel Universe n°1 : Les covers

Thanos Rising #1

Thanos Rising #2

Thanos Rising #3

Thanos Rising #4

Thanos Rising #5

Marvel Universe n°8 : La quête de Thanos

Marvel Universe 8

Marvel Universe n°8 contient les épisodes U.S Thanos Quest #1-2 publiés en Août et Novembre 1990, scénarisés par Jim Starlin et dessinés par Ron Lim, et The Mighty Thor annual 1 (Août 2012) scénarisé par J.M DeMatteis et dessiné par Rich Elson.

Quelle surprise ! Thanos est encore la vedette de Marvel Universe. Et je ne vous spoilerai pas trop en annonçant que ce n’est pas fini puisqu’on lira Thanos Rising en Octobre. Les épisodes au sommaire font suite à ceux du précédent numéro (chroniqué juste en dessous), mais présentent surtout les évènements qui précèdent (roulement de tambour) le gant de l’infini ! On découvre donc comment Thanos s’est procuré les joyaux de l’âme. Chacun d’entre eux est détenu par un adversaire que le titan fou devra vaincre ou duper pour obtenir sa gemme. Parce qu’en détenant les six, Thanos pourra enfin gagner le coeur de sa fiancée, Dame Mort, en lui offrant ni plus ni moins qu’un génocide d’ampleur cosmique : tuer la moitié de l’univers ! Quand on aime, on ne  compte pas !

Ces épisodes sont un concentré de plaisir pour tout amateur de cosmic comics, amoureux qui plus est du cross-over de Starlin. Panini n’a pas peur de l’overdose en mettant constamment ce personnage en avant depuis des mois (mais de quoi a peur la sandwicherie ?). Mais il est vrai qu’avec ce genre de sommaire, le risque est réduit à néant. On a droit à un classique pour qui veut découvrir Thanos, un indispensable pour apprécier pleinement ce chef d’oeuvre qu’est Le gant de l’infini (comment çà je radote ?).

Derrière çà, l’annual de Thor ferait pâle figure malgré toutes ses qualités. L’épisode est un concentré d’action avec Galactus et le Silver Surfer en invités de luxe, lors d’un affrontement avec Scrier. Efficacité et spectacle sont au rendez-vous. Ce numéro du mois de Juin est donc un immanquable.

Marvel Universe n°7 : Une rencontre destructrice

Marvel Universe n°7

Marvel Universe n°7 contient les épisodes U.S Silver Surfer #34-38 (vol.3) scénarisés par Jim Starlin et dessinés par Ron Lim, ainsi qu’un What if : Annihilation #1 scénarisé par David Hine et dessiné par Mico Suayan et Rafael Kayanan.

Ce numéro de Marvel Universe revient sur les épisodes signés Jim Starlin et Ron Lim au cours desquels le duo ressuscite un certain … Thanos ! Encore une fois, le vilain qui conclut le film Avengers fait l’objet d’une campagne de pilonnage histoire qu’il soit bien ancré dans les esprits (qui a parlé de la franchise cinématographique Avengers ?). La chose semble moins opportune depuis qu’on sait que le méchant du second opus sera Ultron. Bref, revenons en à nos moutons étoilés. Le Surfeur d’argent rêve, ou plutôt cauchemarde. Dame Mort et ses serviteurs semblent sur le point de rendre la vie (un paradoxe) à un être redoutable … Mais de qui peut-il bien s’agir ???

Starlin et Lim nous embarquent dans le sillage du surfer galactique qui se heurte à un mur … Thanos. Le titan fou est revenu d’entre les morts sous la plume de son créateur, Starlin himself. Et là, on se laisse porter. Parce que pour qui a vibré devant l’énorme cross-over Le gant de l’infini ne peut qu’être envoûté par ces épisodes. On y retrouve les personnages cosmiques qui entourent le titan fou (Mentor, Eros, Drax le destructeur), on revient sur les évènements majeurs (la saga du cube cosmique), on croise l’homme impossible, Miss Hulk ou Captain America. C’est surtout la première confrontation entre le Silver Surfer et Thanos. Le héraut de Galactus aura fort à faire pour tenter de contrecarrer les plans de son adversaire, mais est bien loin de se douter de sa puissance et sa fourberie.

Un numéro qui sent bon l’époque où cosmic comics rimait avec Starlin, bien plus intéressant que ce qui était présenté dans le précédent numéro. A noter, un épisode What if : Annihilation qui conclut la revue.

Marvel Universe n°6 : Le samaritain

Marvel Universe n°6

Thanos, le titan fou, décide de se racheter de ses crimes. Après une introspection et une recherche de sa psyché, le destructeur galactique décide d’aller à la recherche des mystères de l’univers et décide de faire le bien ….

Marvel Universe n°6 contient les épisodes U.S Thanos #7-12 scénarisés par Keith Giffen et dessinés par Ron Lim.

Thanos Samaritan

Le futur Avengers 2 est sur les rails et à moins d’avoir été gelé sur la banquise l’été dernier, vous ne pouvez pas ignorer que Thanos apparaît dans la désormais foutrement excitante scène post générique du film ! Il n’en fallait pas moins à Marvel pour remettre en avant ce personnage emblématique, qui vient d’effectuer son grand retour dans les mensuels Panini. L’éditeur surfe déjà allègrement sur la vague, puisque ce numéro d e Marvel Universe, ainsi que les deux prochains lui seront consacrés. Le numéro du jour présente l’arc Le samaritain. Les épisodes (précédant Annihilation) étaient jugés à l’époque de leur sortie comme étant dispensables de par leur qualité toute relative. Et comme par magie, Panini les ressort du tiroir pour entamer un cycle dédié au Titan fou. Alors, les têtes pensantes de la sandwicherie avaient-elles raison de passer outre ?

Cochez la date sur vos calendriers et apprêtons nous à déclarer un jour férié en cette occasion : je suis presque d’accord avec Panini ! Presque, aprce que c’est le moment de la publication qui est mal choisi, d’un point de vue cohérence et non d’un point de vue opportunisme. Sans être pitoyables, les épisodes au sommaire de ce Marvel Universe ne sont pas à la hauteur d’un rendez-vous avec Thanos. Ils souffrent déjà d’une publication tardive. Leur impact aurait peut-être été autre s’ils avaient été publiés avant Annihilation. Aujourd’hui, tels quels, ils n’ont plus qu’un intérêt tout relatif, d’autant plus que Jim Starlin venait de quitter la série suite à un désaccord profond avec l’éditeur. Keith Giffen reprenait le flambeau pour lui succéder. A sa décharge, il faut bien avouer qu’il ne s’agit pas là d’une mince affaire. Surtout quand l’auteur en question effectue ses premiers pas dans le genre cosmique. Le scénariste tâtonne avec le personnage de Thanos, comme s’il craignait de brûler sa machine à écrire en rédigeant le scénario.

Surtout, le fait de voir Thanos à contre emploi nuit grandement au culte que l’on peut vouer au personnage. La puissance démesurée du titan, sa folie, ses fêlures, rien de tout cela n’est rendu dans ces épisodes. L’intrigue aurait été intéressante avec un autre personnage, mais c’est tout juste passable avec une telle icône. La partie graphique est quant à elle assurée par Ron Lim, un habitué du personnage. Pour autant, si les planches sont correctes, on sent bien que l’artiste se désintéresse de ce samaritain. La différence se fera sentir lorsque vous (re)lirez Le gant de l’infini ou le prochain numéro de Marvel Universe.

Marvel Universe n°6 n’a d’autres intérêts que d’insérer un peu plus Thanos dans l’inconscient des nouveaux lecteurs qui désirent en savoir plus sur le personnage, avant la sortie du futur Avengers 2, mais également de satisfaire les fans hardcore avec ces épisodes jusqu’alors inédits en France. Les autres, vous pourrez passer votre chemin.